Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Vente de médicaments à l'unité : premier test grandeur nature





Le 22 Août 2014, par

Le gaspillage des médicaments est une source de dépenses inutiles pour les comptes de la Sécurité sociale. L'Assurance Maladie planche actuellement sur un système de distribution à l'unité, ce qui lui permettrait de réaliser de substantielles économies.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Un test grandeur nature va être orchestré dans une centaine de pharmacies, réparties dans quatre régions : Ile-de-France, PACA, Lorraine et Limousin. L'idée est la suivante : vendre des médicaments à l'unité plutôt qu'en boîte, selon la prescription des médecins. Les officines de test devaient à la base être beaucoup plus nombreuses (entre 200 à 600), mais finalement l'échantillon retenu par l'Inserm s'est réduit à une centaine. Elles seront recrutées à partir du 8 septembre.
 
La réforme, passée il y a pratiquement un an, consiste à commercialiser non pas tous les types de médicaments, mais uniquement des antibiotiques, qui représentent la grande majorité des médicaments non consommés en France. La Direction générale de la santé estime que 20% des médicaments qui prennent la poussière dans les placards des Français sont des antibiotiques; pendant ce temps, les caisses de l'Assurance Maladie ont accusé un déficit record de 12,5 milliards d'euros l'an dernier.
 
Le hic, c'est que les manipulations dues à la vente à l'unité vont engendrer des coûts, rétorque la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France, qui l'estime à 1 euro par jour et par client. Une mesure compensatoire a été mise en place par le gouvernement (de 500 à 1 500 euros par mois).


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook