Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Ventes d'armes : une demande en hausse, mais des ventes en baisse





Le 5 Décembre 2023, par La rédaction

Le secteur de l'armement a connu une évolution inattendue l'an dernier. Malgré un contexte géopolitique tendu, les 100 plus grandes entreprises d'armement ont vu les ventes d'armes baisser de 3,5%. Ce recul, révélé par un rapport du Sipri, souligne les défis auxquels le secteur est confronté, entre augmentation de la demande et contraintes de production.


Des ventes d'armes dans le rouge

Le rapport de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri) a révélé une baisse notable des ventes d'armes et de services militaires en 2022. Avec un total de 597 milliards de dollars (549 milliards d'euros), le secteur a enregistré une diminution de 3,5% par rapport à l'année précédente. Cette baisse est surprenante, notamment dans le contexte de l'invasion russe de l'Ukraine, qui a significativement augmenté la demande mondiale en armes et équipements militaires.

Diego Lopes da Silva, chercheur au Sipri, explique que cette diminution reflète un décalage entre la hausse de la demande, stimulée par des événements tels que la guerre en Ukraine, et la capacité des entreprises à augmenter leur production pour y répondre. Les difficultés rencontrées par les principaux fabricants d'armes, en particulier aux États-Unis, sont attribuées à des problèmes de chaîne d'approvisionnement et à des pénuries de main-d'œuvre liées à la pandémie de Covid-19.

La guerre en Ukraine propulse la demande

Les entreprises américaines, qui représentent 51% des revenus mondiaux d'armement en 2022, ont connu une baisse significative de 7,9% de leurs ventes. La complexité de leurs systèmes d'armes et, par conséquent, de leurs chaînes d'approvisionnement, les rend particulièrement vulnérables aux perturbations. D'autre part, les fabricants d'armes russes ont également vu leurs revenus chuter de manière significative, de l'ordre de 12%, pour atteindre 20,8 milliards de dollars. Cette baisse est en partie due aux sanctions internationales et aux retards de paiement de l'État russe. La transparence limitée des entreprises russes dans ce secteur a également été soulignée, avec seulement deux entreprises figurant dans le top 100.

Malgré la baisse enregistrée en 2022, Lopes da Silva ne prévoit aucun ralentissement de la demande à l'avenir. Avec une augmentation significative des commandes et des carnets de commandes, le secteur s'attend à une croissance continue. En Europe, plusieurs pays se sont engagés à augmenter leurs dépenses militaires en réaction à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, avec des objectifs s'étendant jusqu'en 2030. Cette tendance devrait se maintenir, entraînant une hausse continue des dépenses militaires et, par conséquent, des revenus dans le secteur de l'armement.



Tags : armement

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook