Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Veolia à l'assaut de Suez : les craintes du gouvernement sur l'emploi





Le 31 Août 2020, par Olivier Sancerre

Veolia a annoncé son intention de s'emparer de Suez, filiale d'Engie, pour la somme de 2,9 milliards d'euros. Le gouvernement se dit « vigilant » sur l'emploi.


OPA sur Suez

Veolia, le géant du traitement de l'eau et des déchets a mis cartes sur table. Il a l'intention d'acquérir 29,9% de Suez, et dans un deuxième temps de lancer une opération d'offre publique d'achat (OPA) pour obtenir le reste des titres de la filiale d'Engie qui en possède actuellement 32%. Le premier volet de la transaction revient à 2,9 milliards d'euros, et au terme de l'opération Veolia aura dépensé environ 10 milliards (sans compter la dette de Suez) pour mettre la main sur son concurrent. Il revient désormais à Engie d'étudier la proposition, ce qui sera fait dans les prochaines semaines. Engie a l'intention de privilégier « la solution la plus attractive pour ses actionnaires ». Et parmi les actionnaires, on trouve l'État.

Bruno Le Maire a ainsi déclaré qu'il comptait rester vigilant sur les engagements de Veolia envers l'emploi, ainsi que sur les actifs stratégiques. Il n'est pas non plus question que se crée un monopole de l'eau. « L'Etat, en qualité d'actionnaire de référence d’Engie, étudiera cette offre avec la gouvernance de l'entreprise et arrêtera sa position en fonction des intérêts patrimoniaux d'Engie, de la qualité du projet industriel, du maintien d'une pluralité d'acteurs sur les services aux collectivités locales et de la prise en compte des intérêts de toutes les parties prenantes », a expliqué le ministre de l'Économie au micro de BFM TV.

30.000 emplois en France

La question de l'emploi est centrale : Suez fait en effet travailler 90.000 personnes dans le monde, dont 30.000 en France. Antoine Frérot, le PDG du groupe, a assuré que le projet d'acquisition n'aura aucun impact négatif sur l'emploi en France. Malgré les craintes concernant la constitution d'un monopole, Veolia demeure le mieux placé pour s'emparer de Suez. Il se trouve en effet que des entreprises chinoises s'intéresseraient au dossier. Pour l'État, laisser filer la filiale d'Engie à l'étranger serait difficilement concevable au vu de l'intérêt stratégique de Suez.

Du côté d'Engie, on est sur la même longueur d'onde que le ministre de l'Économie. Avant de prendre une décision, l'entreprise va s'orienter vers la meilleure solution non seulement pour ses actionnaires donc, mais aussi « dans le respect des parties prenantes et après prise en considération de la qualité du projet industriel ».



Tags : Veolia

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook