Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Vers un chèque fruits et légumes frais pour les populations en difficulté ?





Le 24 Février 2020, par Olivier Sancerre

La rengaine est connue : il faut manger cinq fruits et légumes chaque jour ! Mais c'est parfois difficile, surtout avec un budget nourriture restreint. Interfel, l'interprofession des fruits et légumes frais, propose la mise en place d'un chèque.


Accroître la consommation de légumes et de fruits frais

Alors que le salon de l'agriculture bat son plein à Paris, les professionnels des fruits et légumes frais proposent aux pouvoirs publics de mettre en place un chèque qui permettrait aux populations en grande difficulté d'avoir accès à ces produits. L'Interfel rappelle la recommandation « sans appel » faite par les instances internationales et nationales de santé : « nous devons accroitre la consommation quotidienne de fruits et légumes frais pour atteindre 400 grammes par jour et par personne ce qui correspond à cinq fruits et légumes ». Un objectif qui n'est « pas atteint » en France, déplore l'interprofession.

Pour les populations les plus défavorisées, l'accès aux légumes et fruits frais représente une « problématique importante », souligne l'organisation. La moitié des personnes gagnant moins de 1 200 euros mensuel ne peut manger ces produits chaque jour, et c'est le cas également de 39% de celles qui gagnent entre 1 200 et 2 000 euros par mois, selon le baromètre annuel du Secours populaire de septembre 2018. 

Une politique d'éducation aux fruits et légumes

Créer un chèque est une chose. Interfel demande aussi d'accompagner ce dispositif par des cours de cuisine pour permettre au plus grand nombre de retrouver un savoir-faire culinaire. Cette perte est un facteur qui « entraine la sous consommation des fruits et légumes, particulièrement chez les jeunes générations qui adoptent des comportements alimentaires contribuant au développement de l’obésité ». L'organisation rappelle que près de 17% des enfants de 6 à 17 ans sont touchés par ce fléau.

Ces cours passeraient par une une politique d'éducation à l'école pour apprendre aux plus jeunes à préparer et cuisiner les fruits et légumes frais. Interfel s'engage d'ailleurs à accompagner les initiatives prises dans le cadre de démarches d'information et d'éducation. La balle est maintenant dans le camp des pouvoirs publics qui, s'ils sont intéressés, devront déterminer le montant et les modalités d'attribution d'un tel chèque.



Tags : consommation


1.Posté par nadège beranger le 25/02/2020 12:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis entièrement d'accord que les familles gagnant à peine le Smic ont des difficultés à pouvoir manger 5 fruits légumes par jour car cela est très coûteux j'aimerais pouvoir faire davantage mais je suis limiter à cause du pouvoir d'achat elever et un salaire bas pourrais je avoir cette aide ???

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"




Les entretiens du JDE

Madelin ou domino ?

L’esprit guerrier des soignants nous sauvera,

Pourrons-nous compter sur les banques ?

#Polanski : l’humiliation de Polanski dessert les femmes !

L’immédiateté et la viralité de l’information ont provoqué des changements radicaux dans nos comportements

Pourquoi l’éco sera pire que le franc CFA.

Alexis Duval, Tereos : « l’avenir de l’industrie sucrière européenne passe par une stratégie internationale »

Nous avons souhaité créer un magazine africain réellement indépendant












Rss
Twitter
Facebook