Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Vers une nouvelle taxe sur les billets d'avion de luxe





Le 12 Juin 2023, par La rédaction

Le gouvernement français envisage d'imposer une taxe sur les billets d'avion de première classe et de classe affaires. C'est une nouvelle initiative visant à générer des fonds pour le plan de rénovation du réseau SNCF de 100 milliards d'euros. Cette proposition a suscité des réactions variées, notamment de la part d'Air France, qui a mis en garde contre le risque d'un retard dans les objectifs de décarbonation.


Le secteur aérien mis à contribution pour la transition écologique

Cette future taxe est une mesure de soutien à la transition écologique et à la réorientation du transport aérien vers le ferroviaire, selon les déclarations de l'entourage de Clément Beaune, ministre des Transports, repris par Le Parisien. L'argument est qu'une personne qui paie déjà beaucoup pour son billet est probablement moins sensible aux variations de prix. La taxe, qui devrait être incluse dans le projet de loi de finances débattu à l'automne prochain à l'Assemblée nationale, pourrait rapporter une centaine de millions d'euros sur la période 2023-2027, selon le ministère des Transports. À titre de comparaison, la taxe sur les superprofits des concessionnaires d'autoroutes, une autre initiative du gouvernement, devrait rapporter plusieurs milliards d'euros.

La compagnie aérienne Air France, qui a récemment affiché un résultat net négatif de 344 millions d'euros pour le premier trimestre 2023, a réagi à cette proposition en soulignant que la France est le pays qui taxe le plus les compagnies aériennes. Elle demande que les fonds récoltés soient utilisés pour la décarbonation du secteur. Sans quoi, avertit-elle, « nous allons prendre beaucoup de retard dans notre objectif de décarbonation ».

Des billets d'avion plus chers

Il convient de rappeler qu'en 2020, les transporteurs avaient déjà subi une augmentation de la taxe de solidarité sur les billets d'avion, appelée « taxe Chirac », passée de 9 à 18 euros pour les billets de classe affaires et de 1,5 à 3 euros pour les vols en classe économique. Elle devait rapporter environ 182 millions d'euros par an.

Bien que cette nouvelle proposition de taxe soit vue comme une étape vers une transition écologique, il est évident que le secteur aérien est préoccupé par ses répercussions. Alors que le projet de loi de finances sera débattu à l'automne, le secteur observera comment le gouvernement répondra aux préoccupations de l'industrie tout en cherchant à atteindre ses objectifs de transition écologique et de rénovation du réseau SNCF.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook