Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Viol : Dans plus de 8 cas sur 10, l'agresseur est un proche





Le 21 Janvier 2015, par

C'est un chiffre qui glace : dans 86 % des cas, le violeur, (d'une femme cela va sans dire tellement le nombre de viols d'hommes par des femmes est insignifiant) est un proche de la victime. Qui a du mal, de ce fait, à se faire reconnaître comme tel par l'entourage, incrédule...


La campagne télévisée du CFCV, le collectif féministe contre le viol, révèle un aspect méconnu du drame du viol : si la victime a tant de mal à se faire reconnaitre comme tel par son entourage, c'est le plus souvent parce que le violeur... est au dessous de tout soupçon ! Soit parce qu'il s'agit d'un membre d'une bande de copains partagé avec la femme qu'il a violée, soit parce qu'il s'agit d'une proche, membre de sa famille, soit encore parce qu'il s'agit d'un collègue voire d'un supérieur hiérarchique, son patron, au dessus de tout soupçon parce qu'il "présente bien". 

Résultat, seuls 12 % des viols font l'objet d'un dépôt de plainte (sur 240 000 viols ou tentatives par an), et 1 % à peine aboutissent à une condamnation de l'agresseur ! Les femmes victimes de harcèlement sexuel, surtout si le prédateur parvient à ses fins après avoir convaincu sa victime qu'ils étaient "deux adultes consentants" ne savent en effet pas à qui parler de ce qu'elles ont subit, ni comment. Plutôt que de tenter d'expliquer l'impossible, elles se replient sur elles-mêmes et s'accablent, sans prendre de recul et ouvrir les yeux sur ce qu'elles ont subit.

Pourtant l'association CFCV ne baisse pas les bras. Elle espère, par sa campagne, parvenir à convaincre l'entourage des victimes d'écouter, et de faire confiance à la femme agressée, plutôt que de se fier aux apparences, à l'agresseur présumé dont tout le monde dit et pense qu'il est un "gars bien". 


Jean-Baptiste Giraud
Jean-Baptiste Giraud est journaliste économique, passé par Radio France, BFM, LCI, TF1 et... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook