Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Vivendi investit dans la Fnac





Le 11 Avril 2016, par

Qui pourra arrêter la boulimie de Vivendi ? La holding de Vincent Bolloré a annoncé une prise de participation au sein du capital de la Fnac, une opération d'un montant de 159 millions d'euros.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
La Fnac va nommer deux administrateurs de Vivendi, qui entreront au conseil d'administration du distributeur culturel. Les deux entreprises ont l'intention de développer un « partenariat stratégique » ainsi qu'un « projet novateur » autour de plusieurs axes.

Le premier est la mise en valeur de contenus culturels : la Fnac distribue, Vivendi produit des contenus, il est vrai qu'il y a là une certaine logique. Les deux entreprises veulent également renforcer leur coopération sur la billetterie, offrir à leurs clients respectifs un accès privilégié à leurs services numériques, et enfin accélérer le développement de la Fnac à l'international.

Tout cela au prix d'une participation minoritaire au sein de la Fnac : Vivendi détiendra 15% des droits de vote. Artémis reste l'actionnaire de référence avec 33% du capital du distributeur.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : vivendi

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook