Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Voitures électriques : pourquoi les assurances vont-elles coûter plus cher ?





Le 17 Octobre 2023, par Paolo Garoscio

2024 pourrait bien marquer un tournant pour les propriétaires de voitures électriques en France. Les primes d'assurance sont sur le point de connaître une hausse notable. Mais qu'est-ce qui justifie cette augmentation ? Et quelles seront les conséquences sur le marché ?


La fin d'un avantage fiscal pour les voitures électriques

Jusqu'à l’année 2023, les propriétaires de voitures électriques bénéficiaient d'une exonération de la « taxe spéciale sur les conventions d'assurance ». Cette réduction, qui s'élevait à 25% pour les assurances au tiers et 15% pour les assurances tous risques, ne sera plus d'actualité en 2024. Or, cette exonération fiscale conduisait automatiquement à une baisse de la prime de l’assurance auto. Cette décision, issue de la loi de Finances 2024, pourrait ralentir l'adoption des voitures électriques, alors que la France cherche à promouvoir la mobilité verte.

Les voitures électriques, initialement perçues comme moins risquées, étaient souvent moins chères à assurer. Cependant, avec la fin des avantages fiscaux et la montée des coûts de réparation, cette dynamique change. Les pièces spécifiques aux voitures électriques, en particulier les batteries, peuvent être coûteuses à remplacer, ce qui influence les primes d'assurance.

Des réparations de plus en plus chères

La hausse des coûts des pièces de rechange et des réparations, confirmée par les données du SRA, met en évidence les défis auxquels sont confrontés les assureurs. Les nouvelles technologies, bien que bénéfiques, apportent de nouveaux coûts. Et ça risque de continuer : les voitures électriques sont généralement le terrain de jeu des innovations. Mais qui dit innovation dit prix des pièces qui explose.

Les automobilistes devront donc s’adapter, et heureusement que des solutions émergent. Les assurances au kilomètre, qui facturent en fonction de l'utilisation réelle, pourraient gagner en popularité. Surtout avec les voitures électriques qui ne sont pas toutes destinées à des voyages de longue durée.

De plus, le gouvernement et les assureurs pourraient collaborer pour proposer des offres adaptées, encourageant l'adoption de voitures électriques tout en protégeant les consommateurs. Pour rappel, la fin des voitures thermiques est annoncée pour 2035 en Europe.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook