Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Wiko passe entièrement sous pavillon chinois





Le 10 Février 2018, par

C'était un secret de polichinelle qui est maintenant divulgué officiellement : Wiko passe complètement sous pavillon chinois, en l'occurrence celui de Tinno. Ce dernier possédait déjà 95% du capital du constructeur de smartphones basé à Marseille.


Wiko se présente volontiers comme une « success story » française. Les smartphones du constructeur connaissent un bon succès en raison d'un rapport fonctionnalités/prix avantageux pour le consommateur. L'entreprise s'est rapidement hissé au rang de numéro 2 du marché français, avec plus de 17% de parts dans le secteur hors opérateurs. Wiko évolue dans une catégorie, celle des appareils d'entrée de gamme à petits prix, où les positions sont difficiles à tenir en raison d'une concurrence exacerbée : Archos, Huawei, Samsung, ou encore Honor sont particulièrement agressifs.

Mais dans les faits, Wiko n'a jamais vraiment été une entreprise uniquement française. Comme la plupart de ses concurrents, le constructeur choisit ses produits sur catalogue auprès d'assembleurs asiatiques, la spécificité de Wiko ici étant de demander des modifications à la marge pour adapter ces smartphones au marché français. Tinno, un constructeur chinois inconnu en Europe, s'était déjà porté acquéreur de 95% du capital de Wiko. Désormais, cette société en possède la totalité. Avec une ambition : ne pas se limiter au marché français ou européen, mais peser aussi sur le marché mondial.

Pour ce faire, Wiko va devoir monter en gamme et diversifier son offre. Tinno, dont 50% de la production se destinait justement à son partenaire français, semble bouloir réaliser les investissements indispensables pour devenir l'égal de ses concurrents déjà installés. Les effectifs de Wiko, 500 personnes dans le monde dont 220 en France, ne devraient pas avoir à souffrir de cette fusion. De nouveaux postes pourraient même être créés à terme.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : wiki

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris



Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

















Rss
Twitter
Facebook