Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Zone d'alerte maximale à Paris : les bars fermés, les restaurants toujours ouverts





Le 5 Octobre 2020, par François Lapierre

Paris est passée en zone d'alerte maximale alors que la progression des cas de contamination au coronavirus inquiète les pouvoirs publics. Les bars vont devoir fermer pendant deux semaines, mais pas les restaurants au prix de mesures de sécurité renforcées.


Les professionnels tirent la sonnette d'alarme

Durant les deux prochaines semaines, les bars parisiens vont devoir fermer leurs portes. Il s'agit d'éviter la concentration de personnes dans des lieux où les mesures de sécurité sanitaires sont difficiles à faire respecter. Dans un communiqué, l'Union des métiers des industries de l'hôtellerie (Umih) tire la sonnette d'alarme : certes, le chômage partiel va prendre en charge les salaires des employés, mais qu'en ira-t-il des pertes d'exploitation, s'inquiète l'organisation. Les assureurs ont pris les devants : pas question pour eux d'éponger les pertes subies par cette fermeture administrative.

Si les bars vont devoir faire le dos rond en espérant que la situation sanitaire se sera améliorée dans deux semaines, les restaurants pourront rester ouverts. « On est contents pour les restaurants, même si jeter l'opprobre sur notre profession en disant que c'est un haut lieu de contamination, alors que les centres commerciaux et les transports en commun sont très fréquentés, et qu'on a organisé la Nuit blanche à Paris ce week-end, ça interroge », a expliqué le président de l'Umih Paris Ile-de-France, Franck Delvau.

Protocole sanitaire strict pour les restaurants

L'ouverture des restaurants est néanmoins soumise à des règles sanitaires contraignantes. Le préfet de police de Paris David Lallement a détaillé les mesures à suivre, qui sont drastiques. Il faudra que chaque table soit séparée d'un mètre ; l'Umih a fait pression pour réduire la distance qui devait à l'origine être d'1,5 mètre. Il ne pourra pas y avoir plus de six personnes par table, enfants y compris. Les restaurants devront afficher leur jauge maximale en vitrine, mais il n'y aura pas de prise de température à l'entrée.

Les paiements à la table seront privilégiés afin d'éviter les déplacements dans le restaurant. Il y aura également du gel hydroalcoolique à disposition sur toutes les tables. Les convives devront également inscrire leurs coordonnées dans un carnet de rappel, dans le but de trouver les cas contacts rapidement. Et bien sûr, les masques demeurent obligatoire pour les clients, en dehors de la consommation.



Tags : coronavirus

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »













Rss
Twitter
Facebook