Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

inOui : la SNCF démine la polémique autour du nouveau nom du TGV





Le 30 Mai 2017, par

On continuera à dire : « Je prends le TGV, je suis dans le TGV », a tenu à rassurer Guillaume Pepy, le patron de la SNCF en pleine opération « déminage » après le dévoilement du nouveau nom des trains à grande vitesse.


« inOui » : c'est le nom de baptême choisi par la SNCF pour ses TGV qui, à part leur acronyme bien connu, n'en portait pas. Guillaume Pepy est parti au front pour tenter d'éteindre la polémique autour de ce patronyme qui, tout le week-end, a provoqué d'innombrables moqueries et de nombreux détournements. Le dirigeant a tout d'abord indiqué que ce nom avait été choisi par les clients, qui lui ont préféré le sobriquet OuiTGV.

Surtout, Pepy a voulu faire preuve de pédagogie afin d'expliquer la teneur de ce changement. Sous le nom inOui, se cache en effet l'offre « haut de gamme » pour le TGV, comme OuiGO en représente la variante « low cost ». Il s'agit de rehausser l'image du train en apportant plusieurs changements, sans changement de prix : de nouvelles rames pour plus de confort, le Wi-Fi gratuit à bord, et de nouveaux services plus « humains ».

Parmi ces services, les voyageurs d'inOui auront un contact direct avec le chef de bord, il sera possible de choisir son siège et même de réserver un repas, un voiturier pourra même se charger de trouver une place de parking. L'objectif, c'est de transformer le voyage en train aujourd'hui banalisé en une « expérience de voyage », selon Pepy. Et de gagner 15 millions de clients supplémentaires d'ici 2020.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : sncf

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook