Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Airbnb : la copropriété pourra interdire les sous-locations





Le 10 Février 2016, par

Le rapport du député Pascal Terrasse sur l'économie collaborative va créer quelques soucis majeurs aux sites de location entre particuliers comme Airbnb, le leader du secteur. Si le gouvernement va dans son sens il se peut que les copropriétés obtiennent le droit d'interdire les sous-locations d'appartements et ce malgré l'accord du propriétaire bailleur. Une décision qui réduirait, de fait, l'offre d'Airbnb.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Actuellement n'importe qui peut mettre son appartement en location quelques jours sur Airbnb. La sous-location reste interdite dans la majorité des baux mais en général les locataires ne s'en soucient guère puisque la location sur Airbnb et les plateformes de ce type ne sont que temporaires. Si la copropriété a un droit de regard, toutefois, les choses pourraient changer.

Pascal Terrasse, député PS à l'origine du rapport du même nom, a explicité cette idée sur France Inter ce mardi 9 février 2016. "A partir du 1er janvier 2017, chaque locataire devra disposer de l'autorisation de son propriétaire pour pouvoir sous-louer son appartement quelques jours par an." Un fait qui change la donne car de nombreux propriétaires pourraient refuser cette option à leurs locataires de peur de dégradations et autres problèmes.

Mais s'ils donnent leur accord, ce droit à la sous-location pourrait être compromis par une décision de la copropriété. "Les co-propriétaires pourront, dans le cadre de leur assemblée générale, refuser des sous-locations" a déclaré le député.

Cette décision en Assemblée Générale pourrait être prise par de nombreux immeubles, surtout ceux où la majorité des occupants sont des propriétaires. Ainsi faisant, ils se protègeraient des nuisances liées à des va-et-vient de locataires temporaires mais interdiraient aux locataires d'obtenir un peu d'argent d'un système qui se développe de plus en plus : l'économie collaborative.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook