Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Booking.com : redressement fiscal de 300 millions d'euros





Le 2 Juin 2016, par

Le fisc français continue de lutter contre les multinationales et, surtout, celles qui travaillent sur Internet. Dans son collimateur, comme dans ceux de la Commission européenne, il y a notamment Google. Mais cette fois c'est à un acteur majeur de la réservation d'hôtels sur Internet que Bercy s'est attaqué : Booking.com.


cc/pixabay
cc/pixabay
Paris Matche dévoile mercredi 1er juin 2016 que Booking, filiale de la société Priceline Groupe, a publié un document auprès de la SEC, le gendarme boursier américain, annonçant qu'un redressement fiscal lui a été notifié par les équipes de Bercy. Selon ce même document, le fisc français réclamerait près de 356 millions d'euros à Booking pour une période allant de 2003 à 2012.

De cette somme, toujours selon le document de la SEC, la majorité correspond à des pénalités et des intérêts, montrant que le fisc français estime qu'il y a eu une fraude avérée. Selon Booking, ce redressement est lié au fait que Bercy considère que Booking a un établissement permanent en France et que, donc, il doit payer ses impôts en France comme toutes les autres entreprises. L'impôt sur les sociétés (IS) et la TVA pour la période 2003-2012 sont en effet inclus dans ce redressement fiscal.

"La compagnie considère que Booking.com était et continue d'être en conformité avec le droit fiscal français et entend contester cette évaluation" se défend Priceline Group dans le document publié à la SEC. L'entreprise se réserve le droit de contester cette décision en justice afin de faire annuler le redressement fiscal. Toutefois, le fisc français soupçonne un montage fiscal depuis 2014, année du début de l'enquête.

En outre, Booking semble attirer l'attention des fiscs d'autres pays européens, en particulier l'Italie, qui a déjà réussi le tour de force de faire payer 300 millions d'euros à Apple dans le cadre de son montage fiscal irlandais.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook