Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Le CNSR veut mettre un terme à l'impunité des salariés au volant





Le 7 Mai 2015, par

C'est un problème de sécurité routière et d'égalité important sur lequel met le doigt le Conseil National de la Sécurité Routière dans un rapport : l'inégalité des conducteurs face aux amendes et au retrait de points. En particulier l'inégalité qui existe entre les conducteurs d'une voiture privée et ceux qui conduisent une voiture de société et qui, de fait, peuvent utiliser une faille dans la législation afin de ne pas se faire sanctionner.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Le problème est lié à la manière par laquelle un conducteur qui se fait flasher est identifié : les autorités utilisent essentiellement la plaque minéralogique du véhicule car 95% des radars flashent à l'arrière. Le conducteur est donc impossible à identifier sur la photo. Et par la seule plaque minéralogique les autorités ne peuvent remonter qu'au propriétaire du véhicule.

Quand ce véhicule est un véhicule de fonction prêté par une société l'amende arrive donc à l'entreprise qui ne manque pas de faire payer la somme au salarié concerné. Mais elle se garde bien de fournir l'identité de ce salarié afin que les points lui soient retirés du permis. Ce qui de fait leur fourni une impunité face à la loi.

Le CNSR pointe du doigt ce problème car entre 10% et 15% des flashs de radars en France concernent justement des voitures d'entreprise et donc des conducteurs qui ne sont pas sanctionnés. Et ce sentiment d'impunité peut entraîner des dérives et des comportements dangereux au volant.

De fait, les accidents au volant sont la première cause de mortalité au travail en France ce qui peut en partie s'expliquer par cette impunité.

Afin de lutter contre celle-ci le CNSR demande que soit mis en place dans les entreprises un système de vérification afin de savoir exactement qui conduit tous les véhicules du parc de l'entreprise à un moment donné et que les informations sur les conducteurs soient transmises aux autorités.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook