Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Uber s'attire l'ire du gouvernement japonais





Le 4 Mars 2015, par

Décidément les gouvernements du monde entier n'aiment pas Uber, la société américain de VTC qui a causé et continue de causer des remous chez les taxis. Encore une fois le groupe est accusé de ne pas respecter la réglementation en vigueur, comme c'est la cas en France où il ne respecte pas la loi Thévenoud pour son application UberPop. Mais cette fois c'est au Japon que ça se passe.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Contrairement aux autres pays où la start-up s'est lancée, Uber avait travaillé jusqu'ici de commun accord avec les taxis et société de location de Tokyo. De fait, elle respectait la loi en vigueur dans le pays. Mais une expérimentation lancée dans la ville de Fukuoka a changé la donne... et le regard du gouvernement japonais.

Le ministère des Transports du Japon a en effet intimé à Uber d'arrêter l'expérimentation de partage de voitures le plus rapidement possible ce mercredi 4 mars 2015 ce qui arrête net la première tentative d'Uber de s'imposer ailleurs qu'à Tokyo. Et ce qui n'est pas sans rappeler les déboires qu'Uber a avec la justice de divers pays, en France, en Allemagne aux Etats-Unis ou encore à Seoul où le PDG de la start-up, Travis Kalanick, a été condamné en justice pour pratique abusive de la profession de taxi.

Selon Uber le programme lancé à Fukuoka est légal car les voyageurs ne payent rien, il s'agissait d'un programme visant à collecter des données au niveau des besoins de la ville. Mais pour le ministre des Transports japonais le service reste illégal puisque ce sont des personnes qui n'ont pas la licence de taxi qui conduisent d'autres personnes. C'est essentiellement là ce qu'est reproché partout dans le monde à Uber.

Il y a cependant une différence fondamentale entre le Japon et les autres pays où Uber a des problèmes avec la justice : au Japon diverses applications mobiles comme UberPop ont vu le jour chez les sociétés de taxi, rendant la concurrence au final moins problématique qu'en France, par exemple.
 


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?










Rss
Twitter
Facebook