Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Vente des rafales : Air France va-t-elle perdre gros ?





Le 4 Mai 2015, par

Ce lundi 4 mai 2015 le président de la République François Hollande est à Doha pour signer la vente des 24 Rafales avec le Qatar. Un gros contrat, le troisième pour les avions de Dassault Aviation, dont tout le monde se félicite. Sauf Air France qui, selon les informations du journal Le Monde, serait un des grands perdants de cette signature. Air France... et l'emploi.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Vendre 24 avions Rafale au Qatar était un beau coup pour le gouvernement qui signe ainsi la troisième vente d'avions militaires français depuis le début de l'année. Mais peut-être que le gouvernement a trop donné au Qatar puisque le pays a demandé de nouveaux couloirs aériens pour sa compagnie nationale, Qatar Airways.

C'est le journal Le Monde qui se fait l'écho de cette information : les avions de Qatar Airways, qui n'atterrissent jusqu'à aujourd'hui qu'à Paris, auront l'autorisation d'atterrir à Nice et à Lyon. Ce serait une des clauses du contrat de vente des avions rafale et ça risque de poser des problèmes à Air France dont l'Etat est pourtant actionnaire à hauteur de 16%.

Air France, face à la concurrence de Qatar Airways sur deux nouvelles escales, pourrait être contrainte de revoir ses plans de vol et de réduire encore un peu plus ses effectifs alors que de nombreux licenciements sont déjà prévus dans le plan de redressement de la compagnie. Selon Le Monde lorsqu'un avion long-courrier est retiré de la flotte cela entraîne environ 300 emplois de moins.

Si la situation semble dangereuse pour Air France, elle pourrait empirer. Avec une vente présentant une telle clause la France pourrait avoir ouvert la voie à un mouvement massif. Les Emirats-Arabes, par exemple, et leur compagnie Etihad pourraient demander la même chose lors d'un futur contrat entre les deux pays... ce qui impacterait encore plus une compagnie qui a du mal à être rentable, Air France.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook