Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

1 milliard d'euros de redressement fiscal pour Google





Le 4 Février 2014, par

Google était dans le collimateur du fisc français depuis des années, notamment depuis 2011 quand l'administration fiscale a lancé une enquête sur le géant de Moutain View. Le fisc français, comme le fisc de nombreux pays européens, reproche à Google son système d'optimisation fiscale qui utilise des sociétés basées dans des pays à la fiscalité plus avantageuse.


Le journal Le Point dévoile ce mardi 4 février 2014 que le fisc a finalement décidé de prendre des mesures. Une information qui n'a toutefois pas encore été confirmée ni par le fisc ni par un quelconque porte-parole de Google. Car la somme que le fisc réclamerait à Google est historique.


Le redressement fiscal infligé à Google serait d'un milliard d'euros. Le gouvernement reste discret sur la question et Fleur Pellerin, ministre déléguée à l'Economie Numérique, interrogée par l'AFP, estime qu'il n'y a « rien de nouveau dans la procédure, donc rien à déclarer sur ce sujet ».


En 2012, Google avait déclaré un chiffre d'affaires de 192,9 millions d'euros et aurait dégagé en France un bénéfice net de 8,3 millions d'euros. De quoi induire un impôt pour le géant de seulement 6,5 millions d'euros. Des chiffres bien loin des estimations réalisées par un cabinet indépendant fin 2013 et qui avaient créé un micro-scandale.


En effet, Google passerait par la société Google Ireland Holdings basée en Irlande et au nom de laquelle la société déclarerait la très grande majorité de ses revenus, l'impôt pour les sociétés étant un des plus bas d'Europe en Irlande.


Si cette information du Point se confirme, et même si le redressement fiscal n'est pas d'un milliard d'euros, il reste la question de savoir si l'administration fiscale française va frapper également les autres géants qui utilisent ces mêmes systèmes. Apple ou encore Amazon sont reconnus pour utiliser la technique de l'optimisation fiscale pour payer moins d'impôts.



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook