Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Comment limiter vos risques lors de la création d’une entreprise ?





Le 17 Avril 2019, par Petite-entreprise.net

Malgré les aléas de la conjoncture économique, la part des Français qui envisagent de créer ou de reprendre une entreprise reste étonnamment stable.


Bon an, mal an, 25 % de nos concitoyens ont pour projet de se mettre à leur compte dans un avenir plus ou moins proche. Cette ambition entrepreneuriale s’est traduite en 2018 par un record de création d’entreprises dont le nombre s’est établi à 691 000 selon l’INSEE.
 
Derrière ce niveau historique se cache toutefois une statistique plus sombre : seule 1 de ces nouvelles entreprises sur 2 sera toujours en activité dans 5 ans. En anticipant la possible défaillance de votre affaire, vous allez pouvoir mettre en place les mesures pour l’éviter tout en réduisant votre exposition personnelle. Voici quelques conseils pour limiter vos risques lors d’une création d’entreprise.

Soignez votre projet de création
 
Ce n’est pas parce que les procédures d’enregistrement sont désormais simples qu’il faut se dispenser de suivre les différentes étapes pour créer son entreprise. Trop de néo entrepreneurs arrivent en effet sur le marché avec des projets mal ficelés. Entre les études de marché bâclées, les business plans trop optimistes, les prévisions financières défaillantes et l’absence de stratégie de commercialisation adaptée, il existe une multitude de facteurs qui peuvent peser sur la viabilité économique de votre activité.
 
Pour limiter ces risques, prenez le temps de vous poser les bonnes questions lors de l’établissement de votre projet entrepreneurial. Vérifiez non seulement la pertinence de votre idée, mais également l’adéquation de votre profil avec les prérequis de l’activité que vous ciblez. Vous pourrez ainsi identifier différents défauts et travailler dessus en amont de votre lancement.
 
Profitez également de cette période de conception pour multiplier les rencontres avec les entrepreneurs de votre secteur et de votre région. Leurs retours d’expérience vous seront d’une aide précieuse pour mieux anticiper les challenges qui vous attendent tant personnellement que professionnellement.

Faites-vous accompagner

Plutôt que de partir en solo et de trouver seul les solutions aux obstacles que se dressent devant vous, prenez contact avec des structures d’accompagnement qui pourront vous aider à surnager lors des périodes difficiles.
 
Entre le Réseau Entreprendre, les CCI, les incubateurs et autres associations, il existe une multitude de structures qui pourront vous aider. Privilégiez toutefois les structures qui possèdent une expertise particulière sur des compétences qui vous font défaut. Votre accompagnateur pourra ainsi vous éviter bien des erreurs tout en vous aidant à rompre avec l’isolement du créateur.

Optez pour un statut juridique qui limite la responsabilité
 
Pour limiter ses risques lors de la création d’entreprise, il est conseillé d’éviter les entreprises individuelles et les SNC au profit des statuts juridiques qui restreignent vos responsabilités à hauteur du montant de vos apports. En optant pour un statut comme la SARL, la SASU ou l’EIRL, vous allez considérablement réduire l’étendue de votre responsabilité d’entrepreneur.
 
Sachez toutefois que ces statuts ne vous mettent pas à l’abri de poursuites personnelles en cas de fautes de gestion. Assurez-vous donc à tous moments d’assurer vos obligations comptables et fiscales en toute bonne foi.
 
Évitez les cautions et garanties personnelles
Avant de solliciter les banques pour financer votre projet, adressez-vous aux organismes publics d’aide à la création d’entreprise afin de déterminer les possibilités qui vous sont offertes de bénéficier d’une prise en charge partielle de la caution ou d’un prêt sans garantie.
 
Cela vous permettra de limiter votre exposition aux garanties et cautions personnelles exigées par les banques pour vous octroyer un financement.

Article proposé par : Petite-entreprise.net



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook