Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'Argentine attaque les États-Unis





Le 8 Août 2014, par

L'Argentine a décidé de s'attaquer aux États-Unis. Le pays, désormais en défaut de paiement, a saisi la Cour internationale de justice de La Haye : il accuse les États-Unis de violer sa souveraineté et son immunité judiciaire, rien de moins.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
L'Argentine estime que le juge de New York qui a ordonné le remboursement complet des créances de deux fonds vautour est le fait des États-Unis — alors que l'indépendance de la justice est chose sacrée en Amérique. Mais l'Argentine estime qu'« étant donné qu'un Etat est responsable de la conduite de tous ses organes, les violations du pouvoir judiciaire ont provoqué une controverse entre l'Argentine et les Etats-Unis ».
 
Il s'agit pour l'Argentine d'un combat surtout symbolique, la CIJ de La Haye n'étant pas une juridiction reconnue par Washington. Et si les États-Unis ne donnaient pas suite aux demandes  de la Cour internationale, Buenos Aires demande alors un « moyen alternatif » pour trancher le contentieux entre les deux pays, afin de parvenir à un règlement pacifique.
 
L'Argentine estime que les États-Unis ont eu un rôle direct dans la condamnation du pays qui a amené vers son défaut de paiement. En attendant que la situation se débloque du côté judiciaire, sur le versant financier de l'affaire Buenos Aires suggère à ses créanciers restructurés de changer d'agent fiduciaire s'ils souhaitent toucher le remboursement de 539 millions de dollars que le pays est prêt à leur verser. Le pays tente ici de jouer les « bons » détenteurs de sa dette contre les « méchants » fonds vautours.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook