Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'Assemblée vote l'interdiction des contenants et couverts en plastique





Le 16 Septembre 2018, par

Les pailles et les touillettes à café ne sont pas les seuls produits jetables en plastique qui seront interdits : les députés ont en effet décidé que les couverts et les contenants en plastique aussi devaient être bannis des tables.


L'amendement, porté par 14 députés de la majorité, a été adopté ce vendredi 14 septembre, alors que l'Assemblée étudiait le projet de loi agriculture et alimentation. Un texte déjà voté par le Sénat en juin, mais la commission mixte paritaire n'a pas pu aplanir les différences entre les deux chambres. L'amendement porte sur les couverts, piques à steak, couvercles à verre jetables, plateaux-repas, pots à glace, saladier et boîtes en plastique, qui seront interdits d'utilisation à partir du 1er janvier 2020… et ce, contre l'avis du gouvernement.

« La France a les moyens d'agir, d'être fer de lance sur ce sujet, comme nous avons pu l'être sur les sacs en plastique, comme nous avons pu déjà le voter sur les assiettes jetables. Allons plus loin ! Faisons en sorte d'attaquer la prochaine décennie en nous éloignant de cette dépendance au plastique », explique François-Michel Lambert, qui portait l'amendement avec d'autres représentants de LaREM. Le ministre de l'Agriculture n'était pas du même avis. Stéphane Travert convenait qu'il y avait nécessité à changer les comportements pour réduire le nombre de déchets, notamment ceux en plastique. Mais il en appelait aussi à la « cohérence » et souhaitait plus d'informations pour mieux « évaluer l'impact économique et écologique ».

Par ailleurs, la loi instaure également l'interdiction des contenants alimentaires de cuisson, de réchauffe et de service en matière plastique dans les cantines, « de la crèche à l'université », au plus tard au 1er janvier 2025 pour les collectivités de plus de 2 000 habitants. Pour les plus petites collectivités, le bannissement bénéficie d'un délai, jusqu'en 2028.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : alimentation


1.Posté par albert le 23/09/2018 16:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
enfin ! car au dela de l'impact visuel et physique, il faut savoir que les plastifiants, les phtalates sont couramment utilisés comme additifs des matières plastiques pour les rendre souples, en particulier pour le PVC : ce sont des perturbateurs endocriniens : " prévention des risques des perturbateurs endocriniens " : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=507

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook