Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’État met de l’argent pour sauver William Saurin, Garbit, Madrange…





Le 16 Décembre 2016, par

La nouvelle direction de la Financière Turenne Lafayette est tombée sur une mauvaise nouvelle après le décès de Monique Piffaut, la propriétaire et unique actionnaire du groupe d’agroalimentaire. Le détenteur des marques William Saurin, Garbit ou encore Madrange truquait ses comptes depuis plusieurs années.


Des fausses facturations servaient à gonfler le chiffre d’affaires de la société, une découverte rendue possible suite à un audit financer. Le sort de ce petit empire de l’agroalimentaire, fort de plusieurs marques très populaires employant 3 200 salariés, est en jeu et l’État va mettre la main à la poche.

Le ministère de l’Économie va placer 70 millions d’euros dans une fiducie qui pourra prêter cet argent au groupe selon ses besoins. Le gouvernement débloque également une première aide d’une dizaine de millions d’euros d’ici la fin de l’année, de l’argent frais qui servira à « assurer que les prochaines semaines se dérouleront dans de bonnes conditions, il faut que l'entreprise continue de fonctionner ».

Ces sommes ont aussi pour objectif de rassurer l’entreprise, ses créanciers, et assurer que l’emploi sera préservé. Le pouvoirs publics continuent par ailleurs de discuter avec le pool bancaire ; mais il n’est pas question d’entrer au capital de la Financière, même si l’entreprise n’a pas exclu une ouverture de son capital.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Clarifier sa stratégie pour réussir sa transformation digitale

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »
















Rss
Twitter
Facebook