Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’Iran espère développer le secteur pétrolier après la levée des sanctions





Le 10 Février 2014, par

La politique iranienne très controversée de ces dernières années menée par Mahmoud Ahmadinejad, entres autres, a entraîné une réaction de la part de la communauté internationale qui a appliqué des sanctions économiques au pays, notamment au niveau de son exportation de pétrole. Une crise qui semble doucement se résorber. L’Iran est donc en train de créer de nouveaux contrats type pour les grands groupes pétroliers afin de les attirer sur son territoire.


cc/flickr/SS&SS
cc/flickr/SS&SS
Les réserves iranienne en pétrole sont très importantes mais la production a chuté fortement à la suite de l’adoption des diverses sanctions de la part de l’Europe et des Etats-Unis. Actuellement, le pays ne produit plus que 3 millions de barils de pétrole par jour.

Mais la situation pourrait rapidement évoluer puisqu’actuellement des discussions entre l’Iran et les grandes puissances mondiales sont en cours afin de lever ces sanctions et autoriser de nouveau le commerce. Les discussions devraient recommencer le 18 février 2014 et les autorités iraniennes sont confiantes : la crise du nucléaire pourrait trouver une solution et les sanctions pourraient être levées.

Or, selon Medhi Hosseini, qui dirige le comité de rédaction des nouveaux contrats, l’Iran aurait besoin de quelques 150 milliards de dollars d’investissements pour développer son industrie pétrolière. Pour attirer les investisseurs étrangers et surtout les grands groupes, les contrats Buy-Back seront abandonnés au profit de contrats plus égalitaires.

Les contrats Buy-Back n’étaient pas favorables aux sociétés étrangères qui étaient donc réticentes à investir dans le pays : « La réalité est que ces contrats étaient à sens unique, à l'avantage de l'Iran, et les sociétés étrangères s'en plaignaient » a affirmé M. Hosseini.

Le comité de rédaction va donc s’employer a créer de nouveaux contrats semblables à ceux des autres pays du monde. Le nouveau contrat « prévoit le maximum de souplesse dans tous les domaines -les opérations, la coopération, la bureaucratie -qui était quelquefois un frein durant l'application du contrat-, les investissements et leurs plafonds... » a déclaré le responsable.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook