Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le Levothyrox finalement disponible encore en 2021 dans son ancienne formulation





Le 11 Août 2020, par Paolo Garoscio

Les patients qui se soignent au Lévothyrox seront sans aucun doute soulagés : après un micro-scandale et un conflit entre le gouvernement et le laboratoire Merck, qui le produit, ils auront un sursis. Mais, pour autant, la nouvelle formule deviendra bien la norme, bien qu’elle serait inadaptée pour certains selon des associations.


L’ancienne formule du Levothyrox obtient un sursis

Lorsque le laboratoire Merck, qui produit le Levothyrox, en a changé la formule en 2017, de nombreux patients se sont plaints de problèmes. Pour rappel, le Levothyrox sert à contrôler l’hypothyroïdie liée au dysfonctionnement de la thyroïde : tout patient atteint de cette maladie doit prendre un traitement à vie, quotidiennement. Le changement de formule, devenue inadaptée, avait donc créé un micro-scandale sanitaire.

Finalement, selon les informations données par le ministère de la Santé et diffusé par des associations de patients militant pour le maintien de l’ancienne formule du Levothyrox, le médicament obtient un sursis d’un peu plus d’un an : il sera disponible jusqu’à la fin de l’année 2021 afin que les patients puissent, entre temps, trouver un traitement adapté.

L’importation de la formulation russe

Selon les informations fournies par le gouvernement à l’Association française des malades de la thyroïde, il sera question d’utiliser la formulation d’un médicament destiné initialement au marché russe, l’Euthyrox. Le ministère de la Santé précise que ce médicament « correspondant strictement à l’ancienne formule de la spécialité Levothyrox, et faisant l’objet d’une importation à titre temporaire ».

Au total, 3,1% des patients français traités pour une hypothyroïdie, soit 95.000 personnes environ, utilisaient encore l’ancienne formule du Levothyrox au premier trimestre 2020. Cette dernière devait cesser d’exister sur le territoire français en septembre 2020.

Dans cette affaire, après une plainte déposée par les malades à la suite d’effets secondaires, le laboratoire Merck avait été condamné en juin 2020 à une indemnisation de 1.000 euros par patient pour près de 3.000 personnes par la Cour d’appel de Lyon. Néanmoins, selon l’ANSM, si des effets secondaires ont effectivement été identifiés à la suite de la modification des excipients du Levothyrox, aucun « problème de santé grave » n’a découlé du changement de formule.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook