Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le projet d'imposition des transactions en ligne avance





Le 19 Septembre 2018, par

Les revenus générés par les particuliers sur les plateformes en ligne vont être intégrés dans le calcul de l'impôt sur le revenu. Le projet de loi de lutte contre la fraude contiendra des mesures dans ce sens.


Les contribuables français sont bien sûr tenus de déclarer tout revenu potentiellement imposable, comme la vente de biens de seconde main par exemple. Dans les faits, ces gains peuvent ne pas être déclarés. Le projet de loi contre la fraude, actuellement en cours d'examen, vise justement à automatiser la déclaration de ces revenus : ce sont les plateformes en ligne qui font aussi intermédiaires de paiement, qui transmettront ces informations au fisc. Impossible d'« oublier » dans ce cas…

Mais devant la levée de boucliers des entreprises du web comme Leboncoin — premier site d'annonces en France, et premier visé par ce dispositif —, le texte met en place des exceptions pour les activités de « co-consommation » (le covoiturage notamment) et de vente de certains biens meubles (voiture, mobilier). Le contribuable qui ne réalisera pas plus de 3 000 euros de transaction par an et par plate-forme dans ces secteurs, ou qui n'effectuera pas plus de 20 transactions, ne sera pas touché par cette mesure. Un particulier réalise en moyenne 12 transactions par an.

Le gouvernement, à l'origine de cet amendement, veut opérer le distinguo entre le consommateur lambda qui utilise occasionnellement ces plateformes, et celui qui en fait sa profession. Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, a voulu se faire rassurant en déclarant qu'on ne paiera pas d'impôt si on vend une poussette.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : fisc

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

















Rss
Twitter
Facebook