Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les tickets resto désormais dématérialisés





Le 7 Mars 2014, par

Les fameux tickets resto en papier vont être remplacés à terme par la carte de paiement. Un décret publié dans le Journal officiel le 7 mars va mettre fin à ce qui était devenue une exception française.


La France a été le premier pays à proposer aux salariés ce type de paiement exonéré de charges, dès 1967. Mais alors qu'une bonne partie du monde est passé au tout-dématérialisé, l'Hexagone continuait à utiliser un système papier. Après plusieurs années d'âpres négociations, les salariés vont finalement pouvoir régler leurs repas avec des cartes de paiement. Les restaurateurs vont y gagner un délai de remboursement beaucoup plus resserré, à savoir 48 heures contre le mois habituel. Surtout, ils n'auront plus à se préoccuper de rendre ou pas la monnaie, cela étant normalement interdit sur les tickets resto.
 
L'arrivée de ce nouveau mode de paiement ne va pas pour autant pousser les tickets resto traditionnels à la poubelle. Les employeurs auront le choix entre ces plusieurs systèmes, auxquels on rajoutera une application mobile. Cette nouvelle disposition, qui fait partie du plan de modernisation de la vie publique du gouvernement, entrera en vigueur dès le 2 avril.
 
Pour le reste, et quel que soit la forme que prendra le ticket (papier ou dématérialisé), les limites sont les mêmes : le montant est limité à 19 euros par jour, et on ne pourra pas l'utiliser les dimanches et jours fériés (sauf exception décidée par l'employeur). Les tickets numériques intégreront une fonction de blocage des paiements, rendue obligatoire par la législation.
 
Deux nouveaux acteurs sont apparus sur ce marché estimé à 5,5 milliards d'euros, Resto Flash et Moneo-Resto. Ce dernier propose une carte de paiement qui concurrencera les ténors du secteur (Chèque-Déjeuner, Natixis, Edenred et Sodexo), tandis que Resto Flash a mis au point une application mobile.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook