Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Lhyfe, objectif hydrogène vert





Le 28 Septembre 2020, par Paul Malo

Alors que la large majorité de la production d’hydrogène en France repose encore sur des énergies fossiles, une start-up, Lhyfe, vient de poser la première pierre de son site de production d’hydrogène vert.


Passer de l'hydrogène gris au vert

Un premier site de production et de R&D en Vendée. (Crédit : Lhyfe)
Un premier site de production et de R&D en Vendée. (Crédit : Lhyfe)
L’hydrogène, c’est mieux quand il est vert. L’hydrogène "gris", issu des hydrocarbures ou de l’électricité du réseau, est encore largement majoritaire dans la production française. Passer directement à la production d’hydrogène vert, telle est l’idée de la société Lhyfe, qui entend utiliser le parc éolien pour procéder à l'électrolyse de l'eau de mer, un procédé justement mis au point par cette société. Ainsi, la production d’hydrogène est assurée à partir de deux ressources différentes : l'eau de mer et le vent.

Cette idée innovante est soutenue depuis le début par le SyDEV et Vendée Énergie. La première pierre de l’usine de production d'hydrogène vert renouvelable et du centre de R&D dédié à l'offshore vient d'ailleurs d’être posée en Vendée. « La transition écologique en Vendée ! C'est à Bouin que va être construit le 1er site industriel de production d'hydrogène 100% vert », s’est réjoui sur Twitter Alain Leboeuf, vice-président du Conseil départemental de Vendée et président du SyDEV.

300 kg d'hyrogène vert par jour dès 2021

Ainsi, fin mai 2021, Lhyfe compte commencer à produire de l’hydrogène vert en Vendée, grâce aux six millions d’euros investis près des huit éoliennes de Bouin, pour alimenter son électrolyseur. Par la suite, 7,5 millions d’euros devraient être investis dans les deux ans à venir, en vue du déploiement de sa technologie sur les champs éoliens offshore.

En 2021, l’unité de production vendéenne de Lhyfe devrait pouvoir produire 300 kilos d’hydrogène par jour, soit l’équivalent de la consommation de 700 véhicules. Le but est de doubler cette capacité dès l’été 2021, puis de la tripler. Dans un premier temps, une station à hydrogène implantée à la Roche-sur-Yon alimentera notamment les bus de la ville, les véhicules de pompiers et les camions dédiés à la collecte de déchets, avant d’être également ouverte au grand public.



 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook