Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Rafale : le Qatar n’a toujours pas signé pour l'achat





Le 24 Juin 2014, par

L’occasion de la visite de l’émir du Qatar Tamim Ben Hamad Al-Thani, qui a succédé à son père il y a un an, devait être marquée par la signature d’une commande d’avions Rafale produits par Dassault Aviation. Mais il semblerait que le jeune chef d’Etat ne se soit absolument par prononcé sur la question, ce qui met en péril plusieurs choses autant chez Dassault qu’au niveau du gouvernement.


cc/flickr/ joseluiscel
cc/flickr/ joseluiscel
La vente du Rafale est stratégique sur plusieurs points, à commencer par l’image de Dassault Aviation. Le constructeur a en effet quelques problèmes à vendre son avion de chasse à l’étranger et une vente au Qatar serait bénéfique pour son image. Mais pas seulement : au prix unitaire de 101 millions d’euros, vendre plusieurs dizaines d’avions à l’Emirat serait également bénéfique pour son portefeuille. Le Qatar serait en effet intéressé par une commande de 36 appareils.
 
Mais celui qui a le plus à gagner dans cette vente est le gouvernement, notamment au niveau de la Loi de Programmation Militaire (LPM). Celle-ci stipule en effet une cadence minimale de production de Rafale de 11 appareils par an. Et s’il n’y a pas preneur ailleurs, ce sera au gouvernement de racheter les appareils produits par Dassault. De fait, donc, si Dassault n’est pas tant inquiet que ça, le gouvernement, lui, commence à prendre la mesure des choses.
 
D’autant plus qu’une situation similaire était déjà arrivée en 2010 lorsque le gouvernement avait dû racheter 11 appareils qui n’avaient pas trouvé preneur à l’étranger. Cette fois, ce pourraient être 66 appareils que le gouvernement risque de devoir acheter, soit un surcoût par rapport aux prévisions de plus de 4 milliards d’euros.
 


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook