Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Un métier original qui a de l’avenir : traducteur d’émojis





Le 22 Décembre 2016, par

Une agence de traduction londonienne recherche un traducteur d’émojis ! Une première qui a fait le buzz sur internet, mais au delà de l’originalité de l’intitulé du poste, ce métier pourrait bien devenir courant dans les années à venir.


Les émojis, ce sont ces petites images et ces personnages qui prolifèrent dans les discussions en ligne et les e-mails. Dans le milieu de l’entreprise aussi, ces émoticônes sont de plus en plus populaires, les constructeurs de produits informatiques, notamment mobiles, les mettent à portée de doigt à tout moment. Mais si les émojis sont fort sympathiques, il faut prendre garde aux quiproquos.

Quel chef d’entreprise voudrait rater une vente en cas de mauvaise compréhension d’un émoji glissé dans un message ? Car les différences culturelles d’une langue à l’autre, ou d’un pays à un autre, peuvent avoir un impact décisif. L’émoji « Au revoir », couramment utilisé dans les communications électroniques, signifie la même chose en France et en Grande-Bretagne.

Mais en Chine, cette émoticône signifie « Tu n’es plus mon ami ». Si on commerce avec des clients chinois, mieux vaut éviter à tout prix d’utiliser cette image… Le poste de traducteur d’émojis, à même d’éclairer l’employeur sur l’utilisation de telle ou telle image, prend donc tout son sens. 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : émoji

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook