Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Une association française attaque Apple pour obsolescence programmée





Le 28 Décembre 2017, par Anton Kunin

L’association Halte à l’obsolescence programmée (HOP) a saisi le procureur de la République de Paris par une plainte à l’encontre d’Apple France. Selon HOP, Apple serait coupable d’obsolescence programmée et de tromperie.


Pour HOP, Apple vise à réduire délibérément la durée de vie de ses iPhone

Dans sa plainte, l’association HOP s’appuie sur la criminalisation, depuis 2015 en France, de l’obsolescence programmée. Pour l’association, les ralentissements opérés par Apple sur d’anciens modèles d’iPhone relèvent de l’obsolescence programmée telle qu’elle est définie dans le Code de la consommation, à savoir « le recours à des techniques par lesquelles le responsable de la mise sur le marché d'un produit vise à en réduire délibérément la durée de vie pour en augmenter le taux de remplacement ».

L’association affirme par ailleurs qu’Apple maîtrise le calendrier des ralentissements aussi bien que celui des sorties de nouveaux iPhone, conclusion : « l’éventualité d’une coïncidence doit être écartée ». De plus, « le système Apple est réputé pour être verrouillé », poursuit le plaignant : ainsi, un utilisateur qui veut garder ses fichiers musicaux, ses photos, vidéos et les données de ses applications (Notes par exemple) lorsqu’il change de téléphone est incité à acquérir un nouvel iPhone et non pas un téléphone de marque concurrente.

HOP souhaite que l’acheteur soit informé de la durée de vie réduite des iPhone avant l’achat

L’association considère par ailleurs qu’Apple a manqué à son obligation de fournir des informations sur les qualités substantielles de ses appareils au moment de leur achat en ce qui concerne leur composition (à savoir, la présence d’une batterie lithium-ion, à l’origine des ralentissements selon Apple) et leur aptitude à l’emploi.

Interrogé par FranceTVInfo le soir du 27 décembre 2017, Samuel Sauvage, le président de HOP a déclaré que son association souhaitait qu’Apple avertisse les potentiels acquéreurs d’iPhone du risque de ralentissement, qu’elle instaure une réversibilité des mises à jour et qu’elle informe les acquéreurs potentiels de la durée de vie du produit au moment de l'achat. Une extension de garantie pour couvrir ce type de défaillance est également souhaitable, selon Samuel Sauvage.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

















Rss
Twitter
Facebook