Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Vers une hausse des prix des repas dans les cantines scolaires





Le 2 Juin 2022, par François Lapierre

La flambée de l'inflation frappe tout autant les consommateurs que les collectivités locales chargées de la gestion des cantines scolaires. La hausse des prix que les fournisseurs sont obligés de facturer va se répercuter sur la facture réglée par les familles.


Des produits plus chers

Hausse du coût des matières premières, des transports, de l'énergie… Les fournisseurs des collectivités locales en charge de la restauration collective dans les écoles primaires ne peuvent guère faire autrement que de facturer plus cher leurs produits. Et les communes sont dans une impasse : soit absorber ces augmentations, mais leur budget n'est pas extensible à l'infini. Soit les répercuter sur le prix des repas.

« Les fournisseurs nous ont écrit pour nous dire que les mesures d’indexation prévues dans les marchés n’étaient pas suffisantes », explique à Franceinfo Philippe Laurent, vice-président de l'Association des Maires de France (AMF), et lui-même maire de Meaux. Les fournisseurs demandent donc de renégocier les termes et les prix, forcément à la hausse.

De 5 à 10% plus cher

En moyenne, l'augmentation du prix des repas sera compris entre 5 à 10%, même s'il revient à chaque collectivité locale de négocier avec ses fournisseurs. Il peut arriver que des communes prennent en charge la hausse des prix pour qu'elle ne pèse pas sur des familles dont le budget est également touché par l'inflation. Mais les communes elles-mêmes rencontrent leurs propres difficultés.

Ainsi, les recettes fiscales n'ont cessé de se contracter ces dernières années en raison de la disparition progressive de la taxe d'habitation. « La moitié des communes feront le choix d'augmenter le prix des repas », explique Philippe Laurent pour qui « ça sera une décision politique ». Certaines d'entre elles revoient leurs méthodes de production pour réduire les coûts, mais ce ne sera probablement pas suffisant.



Tags : restauration

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook