Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Un redressement fiscal de 1,4 milliard d'euros pour SFR ?





Le 2 Mars 2015, par

Mauvaise nouvelle pour Numericable qui vient de voir son offre de 3,9 milliards d'euros sur les 20% de SFR encore détenus par Vivendi acceptée par le groupe : Bercy estime que Vivendi a fait de l'optimisation fiscale avec SFR et pense bien lui réclamer une petite somme : 1,34 milliard d'euros. Une somme qui devrait être payée en partie par Vivendi... qui s'y est engagée dans le contrat de cession de SFR à Patrick Drahi.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
Le montage remis en cause par Bercy remonte à 2011 lorsque SFR et la filiale Vivendi Telecom International (VTI), filiale qui gérait les investissements étrangers de Vivendi dans les télécoms, fusionnent. Cette même année Vivendi rachète à Vodafone les 44% de SFR que le groupe détient, passant ainsi à 100% du capital. Mais s'autorisant ainsi quelques petites techniques fiscales qui ne plaisent guère à Bercy.

La fusion entre SFR et VTI aurait permis un petit tour de magie à Vivendi selon Bercy et les informations de BFM Business qui dévoile ce redressement fiscal. VTI a vendu une à une ses participations dans les télécoms étrangers et le cash ainsi réalisé finissait dans les caisses de SFR... tandis que VTI était en perte et bénéficiait de réductions fiscales : 452 millions d'euros de pertes pour une réduction d'impôt de 163,2 millions d'euros.

Mieux encore : selon Bercy lors du rachat de la part de SFR détenue par Vodafone, Vivendi et SFR ont eu le droit de payer leur impôt de manière commune, Vivendi détenant plus de 95% du capital de SFR. Pour Bercy ça ne passe pas.

Selon BFM Business le fisc aurait donc prévu un redressement fiscal de 1,39 milliard d'euros contre SFR... dont Vivendi paiera jusqu'à 711 millions d'euros, le groupe s'y étant engagé lors de la cession de SFR à Numericable. Le reste, toutefois, est à la charge de Numericable, déjà fortement endettée.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré
















Rss
Twitter
Facebook