Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Alimentation : du sucre caché dans quasiment tous les produits





Le 19 Mars 2024, par Paolo Garoscio

La mauvaise alimentation inquiète les autorités de santé publique : elle augmente l’obésité dans le monde, et, la France n’est pas à l’abri. Dans ce cadre, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) a publié les résultats d'une étude exhaustive sur l'utilisation des sucres et édulcorants dans l'alimentation transformée. Et les résultats sont sans appel : le sucre est partout.


Le sucre présent dans près de 8 produits sur 10

Cette enquête, couvrant une période allant de 2008 à 2020, a scruté la composition de plus de 54 000 produits alimentaires disponibles sur le marché français. L'étude, dont les résultats ont été publiés le 19 mars 2024, révèle que 77% des produits alimentaires examinés contiennent au moins un type d'ingrédient sucrant, qu'il s'agisse de sucre classique (saccharose), d'édulcorants ou de sirops de fruits, y compris dans des catégories de produits traditionnellement perçus comme salés.

Le saccharose, communément appelé sucre de table, est présent dans 58% des produits étudiés. Cette omniprésence du sucre soulève des questions importantes en matière de santé publique, notamment en ce qui concerne les risques associés à une consommation excessive de sucre, tels que l'obésité, les maladies cardiovasculaires et le diabète de type 2.

Le taux de sucre dans les produits peut baisser

Cependant, l'étude de l'ANSES apporte également une lueur d'espoir : elle constate une baisse significative dans l'utilisation des ingrédients sucrants au cours des dix dernières années. Cette tendance est particulièrement marquée pour les édulcorants intenses, dont la présence est passée de 1,8% à 0,4% des produits. Néanmoins, l'ANSES met en garde : la réduction de l'utilisation d'ingrédients sucrants ne signifie pas nécessairement une diminution de la teneur globale en sucre des produits finis. En effet, les quantités exactes de sucre ne sont souvent pas indiquées sur les emballages, ce qui rend difficile l'évaluation précise de leur impact sur la santé.

Les boissons rafraîchissantes sans alcool montrent la voie. Selon l’ANSES, il y a eu une baisse significative de la teneur en sucres entre 2013 et 2019. Cette diminution s'explique en partie par l'instauration d'une taxe sur les boissons sucrées et un accord collectif entre les principaux industriels et les pouvoirs publics visant à réduire de 5% le taux moyen de sucres. Mais pour l’ANSES d’importants efforts restent à faire, que ce soit de la part des autorités ou des industriels de l’agroalimentaire, pour réduire encore la teneur en sucre des aliments.





 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook