Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Livraison de repas : Foodora entre en bourse





Le 29 Juin 2017, par Anton Kunin

Le 30 juin 2017, Delivery Hero, la société derrière le service de livraison de repas Foodora, entre en bourse. À l’ouverture du marché à Francfort, ses actions seront disponibles à l’achat à 25,50 euros le titre.


Foodora entend réduire son endettement et se développer

Les revenus bruts issus de cette introduction en bourse devraient atteindre 450 millions d’euros. Ces sommes devraient servir au remboursement des prêts et au financement du développement de l’activité. Lancée en 2015 en Allemagne, à l’heure actuelle la société est présente dans 50 villes à travers 10 pays. 7 500 restaurants sont inscrits sur sa plateforme. En France, Foodora est présente à Lyon, Bordeaux, Lille, Nantes, Strasbourg, Toulouse, Montpellier et Paris.

Décrié par certains, le modèle économique de Foodora lui permet de réduire ses coûts au maximum. Seuls 10 % des commandes sont livrés par ses propres coursiers, le reste des livraisons étant assuré par les restaurants eux-mêmes. Par ailleurs, sur chaque commande générée par sa plateforme, Foodora facture aux restaurants des frais correspondant à 14 % du montant de la commande en moyenne.

La livraison de repas, un secteur qui monte, qui monte…

Qu’attendre alors de ce marché ? Le premier concurrent de Foodora, Allo Resto, s’en sort très bien : depuis début 2017, son chiffre d’affaires a augmenté de 38 %, après une hausse de 40 % en 2016. Selon Gilles Raison, son directeur général, cette croissance extraordinaire s’explique par le développement rapide d’Allo Resto dans les régions d’une part et par l’adoption de ses applications mobiles d’autre part.

La livraison de repas à domicile est une tendance majeure de ces dix dernières années. En 2008, les ventes en livraison représentaient 1,3 % des commandes au restaurant : en 2017, cette proportion s’élève à 2,3 %. En d’autres mots, en dix ans, le marché a quasiment doublé.

Même les acteurs de la restauration rapide s’y mettent : McDonald’s livre en Chine, en Corée du Sud, à Singapour, aux Etats-Unis et au Canada. Depuis début juin, l’enseigne teste la livraison dans trois de ses restaurants parisiens. Même son de cloche chez KFC, dont quatre restaurants parisiens livrent à domicile en partenariat avec Allo Resto et la plateforme de coursiers Stuart.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook