Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Crédit Suisse plaide coupable de fraude fiscale aux Etats-Unis et écope d’une amende record





Le 20 Mai 2014, par

Le lundi 19 mai 2014 marque un tournant dans la lutte contre la fraude fiscale et dans l’implication des banques dans cette dernière : le Crédit Suisse, accusé par les autorités américaines d’avoir aidé des ressortissants américains à cacher certains de leurs revenus en Suisse, a plaidé coupable d’aide à l’évasion fiscale. C’est la première fois qu’une banque reconnaît sa responsabilité dans une telle affaire depuis près de 20 ans.


cc/flickr/alex.ch
cc/flickr/alex.ch
Eric Holder, ministre de la justice d’Obama, n’aura rien lâché et aura eu raison. Il a obtenu une victoire mémorable dans les affaires d’évasion fiscale, notamment entre les Etats-Unis et la Suisse. Le pays européen a d’ailleurs entamé une vaste opération visant à rendre les banques plus transparentes.

En plaidant coupable, le Crédit Suisse voit sa réputation fortement entachée mais réussi à se sortir d’une impasse. La justice américaine autorise la banque à maintenir ses activités aux Etats-Unis en échange d’un changement de fonctionnement permettant d’éviter aux clients américains de cacher leurs revenus en Suisse.

Toutefois, la banque helvétique écope également d’une amende record : 2,6 milliards de dollars. C’est l’amende la plus élevée de l’histoire dans une affaire de fraude fiscale. UBS, en 2009, avait écopé d’une amende de 780 millions de dollars pour des faits similaires, mais n’avait pas plaidé coupable.

Le gouvernement Suisse, dans un communiqué, a réagi positivement à cette décision de justice et s’est estimé "satisfait » de l’issu finale de cette affaire internationale.

Ce jugement remet au premier plan la banque française BNP Paribas qui est accusée, de son côté, de violation de sanctions américaines et de blanchiment d’argent. Elle devrait également plaider coupable dans les semaines à venir et pourrait écoper d’une amende encore plus élevée : 3,5 milliards de dollars.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook