Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Prélèvement à la source : vers des entrepreneurs percepteurs





Le 5 Septembre 2018, par Paul Malo

L’entrée en vigueur de l’impôt à la source au 1er janvier 2019 est une mauvaise nouvelle, et un coût supplémentaire, pour toutes les entreprises.


Le prélèvement à la source, "une mauvaise idée"

Le constat est unanime, côté entreprises : désormais, entrepreneur rimera avec percepteur. Pour la CPME, « le prélèvement à la source (PAS) était, et reste, une mauvaise idée. » Dans un communiqué, la Confédération des PME a rappelé que « confier le prélèvement à la source aux chefs d’entreprise était, et reste aujourd’hui, une mauvaise idée. (…) Au-delà de la complexité administrative et des problèmes techniques qui restent posés, ce dispositif aura un coût direct et indirect pour les entreprises. Il risque également d’entraîner une dégradation du climat social. »

Pour la CPME, le prélèvement à la source « aurait pu être mis en œuvre via la mensualisation, ce qui aurait évité un grand nombre d’inconvénients. » Dans un langage plus lissé, le Medef a estimé mardi 4 septembre qu'un « certain nombre d'inquiétudes n'ont pas été levées », tout en restant hostile au principe même de transformer les entreprises en collectrices d’impôts.

"Un surcroît inacceptable de charge administrative et financière"

Même son de tocsin du côté de l’U2P (Union des entreprises de proximité), l’une des trois grandes organisations patronales françaises : « la décision du gouvernement de maintenir la collecte de l’impôt par les entreprises est une très mauvaise nouvelle, en particulier pour les entreprises de l’artisanat, du commerce et des professions libérales qui vont subir un surcroît inacceptable de charge administrative et financière. »

Pour l’U2P, dès l’origine le projet de prélèvement à la source a été mené sans concertation avec les représentants des entreprises. « Le Premier ministre a même omis de parler des entreprises dans sa déclaration confirmant le prélèvement à la source. » «  Nous allons consulter les représentants des entreprises de proximité afin de définir l’attitude à  adopter face à cette confirmation du transfert aux entreprises de la charge de la collecte de l’impôt sans aucune compensation financière  », a souligné Alain Griset, président de l’U2P.


 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"




Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens















Rss
Twitter
Facebook