Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Croissance : une lueur d'espoir au second trimestre 2023





Le 11 Mai 2023, par François Lapierre

Selon la Banque de France, une légère amélioration du produit intérieur brut est attendue pour le second trimestre 2023, annonçant un regain d'optimisme. Par ailleurs, les prix commencent à se détendre, une première depuis la crise du Covid-19.


Scénario encourageant pour la croissance

Au premier trimestre 2023, le PIB français a connu une croissance de 0,2%. Ce chiffre, bien que modeste, est toutefois un signe de progrès. Pour le second trimestre, la Banque de France prédit une légère hausse. Ce rebond, quoique modeste, est une lueur d'espoir pour l'économie française. L'activité a augmenté dans les trois grands secteurs : l'industrie, les services et le bâtiment. Cette croissance a été alimentée par un rebond dans les secteurs touchés par les grèves contre la réforme des retraites en mars, tels que les transports et l'énergie. Toutefois, des signes de ralentissement sont attendus en mai dans l'industrie et le bâtiment, en partie en raison d'un plus grand nombre de jours fériés ce mois-là.

Pour l'ensemble de l'année, la Banque de France mise toujours sur une croissance du PIB de 0,6%, un chiffre inférieur à la prévision du gouvernement (1%) et nettement en dessous de la croissance de 2,6% enregistrée en 2022. Dans ce contexte de croissance modeste, une autre bonne nouvelle émerge : pour la première fois depuis l'été 2020, les prix dans l'industrie connaissent un certain relâchement. Les industriels constatent une baisse des prix pour les matières premières et une stabilisation pour les produits finis.

Détente sur les prix

L'inflation, qui a atteint son plus haut niveau en près de quarante ans, semble enfin atteindre son pic. La hausse des prix à la consommation a atteint 5,9% sur un an en avril, selon l'Insee. La Banque de France estime qu'elle devrait reculer à 4% fin 2023, puis revenir aux alentours de 2% d'ici fin 2024 ou 2025. 2%, c'est aussi l'objectif que poursuit la Banque centrale européenne qui a récemment augmenté ses taux directeurs.

Malgré ces perspectives encourageantes, la situation reste fragile. En effet, l'inflation alimentaire reste préoccupante, avec des hausses de prix à deux chiffres. Toutefois, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, estime que le pic de l'inflation alimentaire a été atteint et que le retournement des prix mondiaux, notamment des prix agricoles, devrait entraîner une diminution significative de l'inflation alimentaire au cours du second semestre 2023.



Tags : croissance

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook