Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La Chine pourrait donner un gros coup de pouce à l’A380





Le 10 Décembre 2018, par François Lapierre

La Chine au secours de l’A380 ? Le très gros porteur d’Airbus pourrait en effet intéresser le pays, quand bien même le nombre de commandes de la part des compagnies aériennes chinoises demeure très faible.


L’A380 a été lancé il y a près de 20 ans et malgré son statut de très gros porteur et ses indéniables qualités, il intéresse encore peu de compagnies aériennes. La Tribune rapporte des signaux encourageants pour l’avion et pour Airbus en général, après la tenue du 6e dialogue économique et financier franco-chinois pour lequel Bruno Le Maire a reçu Hu Chunhua, le vice-premier ministre. Dans la déclaration commune, on peut ainsi lire que les deux pays sont satisfaits de la perspective de nouveaux contrats signés à l’avenir.

« La Chine, en phase avec les besoins de développement de son marché du transport aérien, souhaite continuer à acheter des avions Airbus sur la base de bénéfices mutuels et de négociations amicales avec la partie française », indique encore le communiqué. Pas de contrats à proprement parler, ni d’engagement ferme de la part de Pékin. Mais la porte reste ouverte. Les deux pays proposent à Airbus et aux compagnies aériennes chinoises de discuter d’une possible coopération sur les programmes A330, A350 et A380. Objectif : relever à un milliard d’euros la coopération industrielle entre l’avionneur et la Chine d’ici 2020.

C’est que le pays, dont les compagnies aériennes ne possèdent que 5 A380, a de gros besoins. Airbus estimait que la Chine pourrait commander 60 très gros porteurs dans les 5 à 7 ans. Il suffit qu’une compagnie passe une commande significative pour que d’autres suivent dans la foulée, estime-t-on encore chez le constructeur. En janvier, Emmanuel Macron déclarait que la France voulait vendre des A350 et des A380 « dans les semaines et les mois à venir ».



Tags : Airbus

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook