Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les taux des crédits immobiliers reculent encore en septembre





Le 19 Octobre 2020, par Olivier Sancerre

Les taux des crédits immobiliers ont poursuivi leur décrue au mois de septembre, ils se rapprochent de leurs planchers historiques. Mais les banques ont octroyé moins de crédits au troisième trimestre.


Des taux très intéressants

Suivant les tendances estivales, les taux des crédits immobiliers ont légèrement baissé au mois de septembre. Selon l'observatoire Crédit Logement CSA qui fait autorité dans le secteur, la moyenne se situe à 1,22 %. En fonction de la durée du prêt, les taux diffèrent parfois sensiblement : un crédit sur 15 ans revient à 1,02 %, contre 1,19 % sur 20 ans et 1,46 % sur 25 ans. L'ensemble du marché des prêts immobiliers demeure néanmoins assez proche du plancher historique de la fin de l'année dernière. En décembre 2019, les taux étaient tombés en moyenne à 1,11 %, mais la crise sanitaire les a fait remonter.

L'observatoire explique que dans un premier temps, les banques ont augmenté les taux des nouveaux crédits accordés afin de limiter les conséquences de la crise de la COVID-19 sur leurs équilibres financiers. Cependant, les établissements prêteurs ont révisé leurs barèmes dès le mois de juillet pour soutenir la demande en crédits immobiliers et les marchés à la peine, malgré un rebond technique enregistré à la faveur du déconfinement en mai.

Les banques prêtent moins

L'observatoire relève qu'après 24 mois durant lesquels les taux d'intérêt réels avaient été négatifs, les taux des crédits immobiliers sont repassés au-dessus de l'inflation depuis avril dernier. Si les taux sont effectivement très intéressants pour les emprunteurs, tous ne sont pas logés à la même enseigne. Les banques ont en effet resserré les conditions d'octroi des crédits, en ligne avec les recommandations du Haut Conseil de Stabilité Financière.

Au troisième trimestre, le nombre de crédits octroyés aux emprunteurs a nettement reculé, de 15,6% par rapport à la même période en 2019. Ce sont les foyers les plus modestes qui sont les plus touchés, il leur est beaucoup plus difficile d'emprunter pour acheter un bien immobilier. L'observatoire indique que « la part des emprunteurs les moins dotés en apport personnel, qui supportent en général les taux élevés, a nettement reculé ».



Tags : immobilier

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"













Rss
Twitter
Facebook