Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Vinci : le coût de la casse estimé à des dizaines de millions d’euros





Le 17 Décembre 2018, par François Lapierre

Le groupe Vinci paie jusqu’à présent un lourd tribut suite aux manifestations des « gilets jaunes », dont certaines ont visé directement ses infrastructures. L’entreprise estime les coûts à « plusieurs dizaines de millions d’euros ».


Dans un communiqué, l’opérateur autoroutier explique que près de 250 sites ont été « impactés quotidiennement par les actions des manifestants ». Selon l’entreprise, des dégâts « considérables » ont été causés à ses équipements et à ses infrastructures. Vinci relève ainsi que six bâtiments d’exploitation ont été détruits, 15 échangeurs et plateformes de péage, une trentaine de véhicules d’intervention ainsi que de nombreuses chaussées. Des dégâts qui représentent des « dizaines de millions d’euros », selon le décompte de la société.

Vinci a également été victime de « dizaines d’actes de vandalisme » : glissières, caméras de sécurité, panneaux de signalisation en fait les frais de la colère des « gilets jaunes » et de casseurs. Les équipes du groupe ont également dû nettoyer les « campements » des manifestants, ce qui a représenté l’enlèvement de « centaines de tonnes de déchets ». Malgré l’affaiblissement des manifestations ce week-end, Vinci déplore des incendies volontaires dans plusieurs péages de Perpignan à Orange dans la nuit de samedi à dimanche.

Dans le communiqué, Vinci met les choses au clair : « Que les réparations soient prises en charge par les assurances, par l'Etat ou par Vinci Autoroutes, c'est dans tous les cas la collectivité qui est pénalisée par ces atteintes répétées portées aux biens publics, qui ne profitent à personne ». Une mise au point qui ne sera malheureusement pas entendue par tous ceux qui ont perpétré ces actes de vandalisme et de casse. Le groupe explique qu’en bout de course, tout le monde devra payer pour ces exactions.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook