Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

8 milliards d'euros pour aider la filière automobile





Le 26 Mai 2020, par La rédaction

La filière automobile va avoir du mal à se redresser après le confinement et la crise sanitaire du coronavirus. Emmanuel Macron a présenté un plan de relance de l'industrie ce mardi 26 mai.


Des primes et des bonus

8 milliards d'euros : c'est ce que l'État va engager pour soutenir la filière automobile, les constructeurs, les sous-traitants et les concessionnaires après ces deux mois de confinement durant lesquels l'activité économique a été suspendue. À l'occasion d'un déplacement sur le site d'Etables (Pas-de-Calais) de l'équipementier Valeo, Emmanuel Macron a décliné les différentes mesures qui vont être mises en place, à commencer par le soutien à la demande. Pour les particuliers, le bonus écologique versé pour l'achat d'un véhicule électrique de moins de 45.000 euros, augmente de 1.000 euros et passe à 7.000 euros. Pour les entreprises, ce bonus sera de 5.00 euros (2.000 euros de plus). Les hybrides rechargeables bénéficieront d'un bonus de 2.000 euros.

La prime à la conversion (la fameuse « prime à la casse ») va être étendue aux ménages dont les revenus sont inférieurs à 18.000 euros par an. Pour un véhicule polluant (diesel ou essence) qui part au rebut, le particulier recevra une aide de 3.000 euros, voire 5.000 euros en cas d'achat d'un véhicule électrique. L'objectif du gouvernement est de verser 200.000 primes. La mesure va coûter de 600 à 800 millions d'euros.

Des investissements pour l'électrique

Le chef de l'État veut également que les constructeurs se mobilisent pour l'automobile électrique. La France doit être la « première nation productrice de véhicules propres en Europe », a fixé Emmanuel Macron. D'ici 2025, ce sont un million de véhicules électriques, hybrides et hybrides rechargeables qui devront être produits en France. Cet effort s'accompagne d'une amélioration du réseau de bornes de recharge : les 100.000 bornes prévues en 2022 devront être installées dès 2021.

Par ailleurs, un fonds d'investissement doté de 600 millions d'euros est créé pour aider les constructeurs : 400 millions versés par l'État, 100 millions par PSA et la même somme par Renault. Les pouvoirs publics proposeront aussi une enveloppe de 150 millions pour le soutien à l'innovation, la recherche et le développement de l'industrie automobile française. En échange de quoi, la filière devra s'engager sur la production de véhicules propres en France et des investissements à hauteur de 1 milliard pour la voiture électrique.



Tags : automobile

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook