Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Chute historique du PIB français au deuxième trimestre





Le 3 Août 2020, par Olivier Sancerre

Ce n'est pas une surprise, mais elle est un peu moins mauvaise que prévu. Le produit intérieur brut français a effectivement chuté au deuxième trimestre, un plongeon historique. Mais le scénario du pire a été évité.


Le PIB français a chuté de 13,8%

L'Insee a rendu son verdict. Le PIB a plongé de 13,8% au deuxième trimestre, c'est tout simplement du jamais vu depuis que l'institut des statistiques mesure les variations trimestrielles du produit intérieur brut. Le précédent recul le plus fort remonte au deuxième trimestre 1968, alors que la France était secouée par le mouvement social de Mai 68, avec la grève générale. Record battu en raison du coronavirus : les mesures de confinement à l'œuvre entre mi-mars et début mai ont paralysé une grande partie de l'économie, et poussé les ménages à retenir leurs dépenses.

La consommation des Français a ainsi reculé de 11%. Les investissements ont dégringolé de 17,8%, tandis que les exportations ont fait pire encore, avec une chute de 25,5%. Dans son communiqué, l'Insee explique que « l'évolution négative du PIB au premier semestre 2020 est liée à l'arrêt des activités 'non essentielles' dans le contexte du confinement mis en place entre mi-mars et début mai ». Il fallait s'attendre à de tels chiffres catastrophiques, néanmoins les choses ne sont pas aussi pires qu'elles ne paraissent.

Espoir pour le troisième trimestre

Les prévisions étaient en effet encore pires. L'Insee avait donné une estimation de -17% ! Bruno Le Maire, au micro de CNews, a d'ailleurs salué le fait que « si nous avons aujourd'hui des chiffres de croissance qui sont un peu moins mauvais que prévu, c'est la preuve que l'action politique, la décision politique publique, elle est efficace ». Les pouvoirs publics ont dépensé des dizaines de milliards d'euros pour soutenir l'économie, les entreprises et les ménages durant le confinement. Le ministre de l'Économie a ajouté que le gouvernement était « totalement déterminé » à accélérer le redressement économique national et « créer les emplois qui vont avec ».

Pour le troisième trimestre, les résultats devraient être bien différents. Le gouvernement, l'Insee, la Banque de France et l'ensemble des économistes prévoient une forte croissance du produit intérieur brut, entre 14 et 19%. Pas de quoi compenser complètement la chute des deux premiers trimestres, sachant qu'au premier le PIB avait baissé de 5,9%. La récession sera sévère, les faillites nombreuses et le chômage va nécessairement augmenter.



Tags : croissance

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook