Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Coup de chaud sur les comptes de la Sécurité sociale





Le 2 Juin 2020, par François Lapierre

Pendant la crise sanitaire, les finances publiques ont été là pour soutenir l'économie à bout de bras, et elles continuent de le faire en attendant que l'activité retrouve un niveau plus élevé. Mais il faut s'attendre à de mauvaises nouvelles.


Un déficit à plus de 52 milliards d'euros

Le « trou » de la Sécurité sociale ne s'est pas arrêté de creuser durant le confinement. Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, n'avait aucune bonne nouvelle à partager durant sa dernière audition à l'Assemblée nationale. « À l'heure où je vous parle, nous sommes à une dégradation de 52,2 milliards d'euros », a-t-il déclaré, une somme qui représente une « dégradation » d'un peu plus de 10 milliards d'euros par rapport à la précédente estimation du gouvernement. La cause de ce creusement du déficit de la Sécu : la crise sanitaire, bien sûr, qui a plongé les comptes de l'État davantage dans le rouge.

Le coronavirus et la réponse nationale qu'il a fallu apporter pour contrer la propagation de l'épidémie ont eu un impact sur les comptes publics en général, « et singulièrement les comptes sociaux », selon Gérald Darmanin. Le ministre estime que ces chiffres sont « très préoccupants », et pour cause : le déficit de la Sécurité sociale ont atteint un niveau historique alors que les estimations d'avant la pandémie prévoyaient un déficit à 41 milliards d'euros.

Pas de révision de la PLFSS

Néanmoins, ce coup de chaud sur les comptes de la Sécurité sociale ne va pas provoquer de révision du projet de loi de finances des comptes sociaux (PLFSS). « Il faut que les choses se stabilisent, ce qui va commencer je crois avec le déconfinement », a indiqué le ministre de Bercy. Le gouvernement n'est donc pas mesure de réaliser des estimations qui restent largement soumises à une situation encore très mouvante.

Gérald Darmanin s'est toutefois voulu relativement optimiste. Selon lui, le retour possible à l'équilibre pourrait intervenir d'ici quatre à cinq années, « à l'horizon de l'année 2024-2025, mais ce n'est pas un objectif pour l'instant totalement affiché, comme nous ne connaissons pas exactement la base de laquelle nous partirons cette année ». Le redressement des comptes de la Sécurité sociale n'interviendra pas dès les prochains mois : même moins généreuses, les mesures de soutien vont continuer à être appliquées tant que la situation économique n'est pas revenue à un semblant de normalité.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook