Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Grève à la SNCF : Guillaume Pepy se veut rassurant





Le 20 Février 2018, par

Le projet de réforme en profondeur du secteur ferroviaire va-t-il provoquer une grève monstre à la SNCF ? Guillaume Pepy, le président du directoire de l'entreprise, n'y croit pas.


Sur Franceinfo, Guillaume Pepy a déclaré que « si on veut que le train marche mieux, tout le monde a intérêt à une réforme ». Pourtant, à peine les grandes lignes de la réforme ferroviaire tracées par le rapport Spinetta étaient connues que la CGT appelait à un mouvement pour le 22 mars. « Les syndicats de cheminots, les cheminots ont intérêt à ce qu'il y ait un avenir pérenne pour la SNCF. Je suis persuadé que l'écoute et la concertation, la négociation vont permettre d'éviter une grande grève ».

Le patron de la SNCF se veut donc confiant, assurant qu'en France, « tout le monde adore se faire peur et adore dire que la France n'est pas réformable ». Il livre un plaidoyer pour les cheminots, dont le statut pourrait s'éteindre : « Regardez les évolutions que la SNCF a connues depuis dix ou quinze ans, ça montre une sacrée capacité d'adaptation [des cheminots] », a-t-il dit. Cette pommade ne sera pas suffisante toutefois pour apaiser les craintes de la CGT. Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, a précisé au micro d'Europe 1 qu'il voulait que la journée du 22 mars s'élargisse à d'autres luttes et d'autres organisations.

Toutefois, il tient lui aussi à rassurer les usagers : « Oui, il y aura des trains au printemps, des trains qui rouleront ». La CGT réclame d'être reçue par Edouard Philippe afin de lui exposer le projet du syndicat « pour un grand service public du ferroviaire ». Jusqu'à présent, seule Elisabeth Borne, la ministre des Transports, est à la manœuvre. Mais le Premier ministre pourrait se lancer dans la bataille dès le 26 février en annonçant les tenants et les aboutissants de la réforme.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : SNCF

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook