Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les difficultés du Made in France pour se financer





Le 11 Novembre 2018, par La rédaction

Le « Made in France » a le vent en poupe, mais la majorité des entreprises qui se lancent sur ce créneau rencontrent des problèmes de financement. Une difficulté qui entrave la croissance du secteur du fabriqué en France.


Selon l’étude menée par Tudigo, une plateforme de financement participatif, et MIF Expo qui ouvre les portes de sa 7e édition du salon Made in France, 63% des entreprises qui produisent dans l’Hexagone indiquent rencontrer des problèmes pour trouver du financement pour leur fonctionnement au quotidien. Cette enquête, réalisée auprès de 306 entreprises, montre que 92% d’entre elles recourent à l’auto-financement faute de sources extérieures. 62% des entreprises font tout de même appel aux banques. 5 entreprises sur dix ont recours à la famille et aux amis…

Parmi les autres difficultés soulevées par cette étude, 57% des entreprises interrogées (en majorité des TPE) pointent les coûts liés à la production, la fiscalité pour 52% d’entre elles, 48% la notoriété et la distribution. C’est donc bien le financement du « Made in France » qui représente le plus gros caillou sur la route du succès ! Pourtant, les sommes ne sont pas énormes : le budget de départ est inférieur à 10 000 euros pour 24% des entreprises, et entre 10 000 à 30 000 euros pour 22% d’entre elles.

Parmi les mesures que l’État pourrait prendre pour soulager et soutenir les entreprises qui produisent en France, la baisse de la TVA est citée dans une grande majorité (65%). La baisse des charges sur le travail et des impôts sur la production vient tout de suite après avec 64%, puis l’obligation du marquage d’origine des produits à 55%. L’étude note aussi que le Made in France pourrait créer 150 000 emplois et 11 milliards d’euros de richesse en plus si les consommateurs « relocalisaient » leur consommation sur des produits fabriqués en France.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook