Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

RT France ou l’œil de Moscou





Le 4 Décembre 2020, par Nicolas Lerègle

Si vous souhaitez une information orientée au service d’intérêts qui sont très éloignés de ceux de la France alors RT France est faite pour vous. Voici une chaine accessible sur le câble, largement financée par le Kremlin est, à l’instar de l’agence de presse Sputnik, entièrement dédiée aux intérêts russes.


RT France ou l’œil de Moscou

 Sous des atours séduisants d’objectivité et d’impertinence, cette chaine délivre un message on ne peut plus déstabilisant. Présentateurs et invités, de prestige ou non, exposent opinions et analyses d’une façon claire et précise qui rend à la propagande et à la manipulation des masses toutes ses lettres de noblesse.
Sous couvert de pluralisme et de libre accès à ses plateaux, RT France ressuscite les grandes heures des médias de la guerre froide où « Voice of America » se devait de répondre à la Pravda.

Il semble important d’alerter sur les dangers d’un média qui vise clairement à nuire aux intérêts nationaux de la France, à ses positions géopolitiques et à saper d’une façon ou d’une autre notre classe politique et ses gouvernants.

D’un autre côté il est risqué, en évoquant ce média, de susciter un intérêt voyeuriste lui apportant de nouveaux téléspectateurs.
On ne peut se faire le chantre de la liberté d’expression et de presse et de la libre opinion qui caractérisent notre démocratie et, dans le même temps, en pointant les dangers de certaines informations et opinions se poser en censeur liberticide.
Dans « la société du spectacle » Guy Debord théorisait que la communication était une des formes les plus abouties du capitalisme et qu’elle visait autant à distraire qu’à convaincre.

Dans « Contre-insurrection : Théorie et pratique » David Galula, considéré dans de nombreux pays, mais on n’est pas toujours prophète dans le sien, comme l’égal de Clausewitz, pose le principe de la primauté de l’action politique sur celle militaire pour, certes, vaincre une insurrection mais surtout pour s’attacher le soutien des populations concernées.

RT France est un subtil assemblage de Debord et de Galula ce qui, reconnaissons-le n’allait pas de soi de prime abord. L’accent et les moyens sont mis sur un « packaging » qualitatif avec des présentateurs et intervenants flattés d’être invités et sollicités en vertu, souvent, de cet ultracrépidarianisme qui se développe sur tous les sujets. Guy Debord autant qu’Andy Warhol, qui postulait que chacun aurait droit à son quart d’heure de célébrité, approuveraient la méthode. Le sous-jacent, appliquant les principes de Galula, est clairement la possibilité de faire passer, souvent à l’insu des invités, un message politique, clairement hostile aux intérêts de la nation française et de nos acquis démocratiques. Les Français qui se prêtent au jeu en sont-ils conscients ? La question peut être posée tant quelques minutes de parcours sur le site de RT France suffisent à se faire une idée sur la question des partis pris de cette chaine.

RT France, mais tous les RT au demeurant, ont beaucoup emprunté à l’histoire de Fox News et à la stratégie qui a été mise en place par Roger Ailes pour lancer aux États-Unis une chaine de télévision qui ne faisait plus de l’information politique, mais de la politique une information orientée. Fox News ne se limite pas à des présentatrices toutes plus canons les unes que les autres ne cachant rien de leurs jambes ou à des présentateurs dont le logiciel de réflexion semble bloqué sur une seule application : le républicanisme à tous crins.

Ça, c’est la facette Debord. Fox News, pour le versant Galula, c’est surtout un discours utilisant toutes les facettes sémantiques de la propagande, de la conviction dans une approche non pas démocrate/républicain, mais ami/ennemi avec une rhétorique guerrière ne s’embarrassant pas de nuances. C’est un habillage des propos flattant les penchants tranchés et extrêmes de ses téléspectateurs, c’est le choix d’une pensée unique et d’une omniprésence de certains invités créant un déséquilibre qui, avec le temps, ne surprend plus et surtout ne suscite aucune gêne pour un auditoire déjà acquis aux thèses développées et qui ne demande qu’à les réentendre jusqu’à satiété.
En France C News, clairement, essaye d’emprunter cette voie, surtout après 18h, mais n’a pas encore osé franchir le pas du média qui n’aurait qu’une orientation politique assumée au détriment de toute autre. La peur de perdre des annonceurs et les foudres du CSA sont deux freins encore efficaces.

RT France qui se sait sous surveillance a moins de prévention en ce domaine, mais elle arrive à s’infiltrer dans les larges espaces de liberté propres à notre démocratie pour diffuser un message dont le pendant « antirusse ou pro-français » n’échapperait pas à la censure moscovite.

La vigilance est de mise et on ne peut que conseiller aux invités français de cette chaine d’être particulièrement attentifs à une collaboration qui est a contrario des intérêts du pays qui est le leur.

Cette attente de vigilance est un vœu pieu les feux de la rampe étant plus attirants que l’ombre de la salle. Des artistes faisant le voyage à Berlin en 1942 à ceux qui après-guerre allèrent s’émerveiller en Russie stalinienne puis en Chine maoïste les exemples de compromissions ne manquent pas… Les recettes de la propagande et de la communication politique sont toujours les mêmes, seule change la couleur partisane retenue. Jean Hérold-Paquis ou Philippe Henriot animateurs de Radio Paris étaient les talents dévoyés reflets de leurs époques, mais ils étaient d’habiles et convaincants propagandistes de positions inacceptables et ennemies des intérêts de leur pays. Ils ont eu de nombreux successeurs qui n’ont pas toujours eu un Pierre Dac face à eux.
Autres temps, autres mœurs ? Pas tant que cela.

Il ne saurait être question de renier la liberté d’expression de toutes les opinions. Parfois cette expression est plus subtile qu’une vitupération excessive et visible, autant le savoir et s’en prémunir.

Un décryptage de ce média sera ainsi proposé de temps en temps, car il revêt au moins deux intérêts. Identifier les attentes et lignes géopolitiques d’un pays qui n’est pas un allié et pointer les éléments de langage et astuces de communication utilisés.
« On ne mange pas avec le Diable sans en avaler les cornes » est un proverbe italien, RT France c’est l’œil, ou la voix de Moscou…tout est dit et tenons-nous le pour dit.
 


France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook