Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Airbus : 5 800 emplois supprimés en Europe, 1 400 en France





Le 27 Janvier 2014, par

Malgré les excellents résultats obtenus l'an dernier, Airbus a l'intention de se séparer de plusieurs milliers de salariés en Europe.


Les carnets de commande qui débordent et les records de réservations de 2013 n'y feront rien : l'avionneur va supprimer 5 800 emplois dans ses différentes usines européennes. Pour la France, la purge devrait toucher 1 400 personnes environ. De source syndicale, 396 suppressions de postes toucheront Astrium à Toulouse, sur les 2 500 que comptent la branche Espace du groupe.
 
Le plan de restructuration frappera aussi 309 postes aux Mureaux, dans la région parisienne, 213 à Bordeaux, et 411 à Elancourt près de Paris, chez Cassidian -il s'agit de la division regroupant les activités défense d'Airbus- et Astrium.
 
Ces suppressions d'emplois touchent en majorité la nouvelle branche Airbus Defence and Space (ADS), qui regroupe les anciennes divisions Cassidian, Astrium, ainsi que le développement et la production des avions de transport militaire du constructeur. Depuis le 1er janvier, EADS est devenu Airbus et s'est restructuré en trois pôles : ADS, Airbus Helicopter (anciennement Eurocopter) et Airbus pour l'aviation civile.
 
C'est la branche ADS qui sera la plus touchée par ce plan de structuration : elle devrait perdre 5 290 emplois répartis entre Astrium (2 470 postes supprimés) et Cassidian (2 620) et revenir à 37 310 employés. 
 
Ces mauvaises nouvelles contrastent avec les résultats d'Airbus en 2013 : 626 appareils livrés, 1 503 commandes nettes, soit  autant que le concurrent américain Boeing. L'avionneur européen a généré 240,5 milliards de dollars en commandes (au prix catalogue). Ces volumes, dus à la concurrence accrue entre les compagnies aériennes, ne seront sans doute pas au rendez-vous cette année, bien que Boeing ait récemment signé un contrat de 4 milliards de dollars avec General Electric.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook