Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Airbus : 5 800 emplois supprimés en Europe, 1 400 en France





Le 27 Janvier 2014, par

Malgré les excellents résultats obtenus l'an dernier, Airbus a l'intention de se séparer de plusieurs milliers de salariés en Europe.


Les carnets de commande qui débordent et les records de réservations de 2013 n'y feront rien : l'avionneur va supprimer 5 800 emplois dans ses différentes usines européennes. Pour la France, la purge devrait toucher 1 400 personnes environ. De source syndicale, 396 suppressions de postes toucheront Astrium à Toulouse, sur les 2 500 que comptent la branche Espace du groupe.
 
Le plan de restructuration frappera aussi 309 postes aux Mureaux, dans la région parisienne, 213 à Bordeaux, et 411 à Elancourt près de Paris, chez Cassidian -il s'agit de la division regroupant les activités défense d'Airbus- et Astrium.
 
Ces suppressions d'emplois touchent en majorité la nouvelle branche Airbus Defence and Space (ADS), qui regroupe les anciennes divisions Cassidian, Astrium, ainsi que le développement et la production des avions de transport militaire du constructeur. Depuis le 1er janvier, EADS est devenu Airbus et s'est restructuré en trois pôles : ADS, Airbus Helicopter (anciennement Eurocopter) et Airbus pour l'aviation civile.
 
C'est la branche ADS qui sera la plus touchée par ce plan de structuration : elle devrait perdre 5 290 emplois répartis entre Astrium (2 470 postes supprimés) et Cassidian (2 620) et revenir à 37 310 employés. 
 
Ces mauvaises nouvelles contrastent avec les résultats d'Airbus en 2013 : 626 appareils livrés, 1 503 commandes nettes, soit  autant que le concurrent américain Boeing. L'avionneur européen a généré 240,5 milliards de dollars en commandes (au prix catalogue). Ces volumes, dus à la concurrence accrue entre les compagnies aériennes, ne seront sans doute pas au rendez-vous cette année, bien que Boeing ait récemment signé un contrat de 4 milliards de dollars avec General Electric.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook