Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Arcadia Foundation, à la croisée entre les maîtres anciens et la science





Le 4 Mai 2023, par Yadira Castellanos Estrabao

La Fondation Arcadia est née d’une volonté généreuse, d’origine privée, de dynamiser la vie culturelle et artistique du canton du Tessin. Elle s’appuie sur une proposition muséale internationale de haut niveau artistique. Les fondateurs de l’institution, Anita Goldstein, Camilla Marcante, Luca Marcante, et Carlo Marcante, ont pressenti qu’il fallait se doter d’une importante collection spécialisée dans les maîtres anciens. Ils manifestent la volonté d’aborder la création de cette institution sous un angle scientifique et éducatif sous-tendu par une grande valeur historique. D’entrée de jeu, la barre se trouve donc placée très haut !


Yadira Castellanos Estrabao
Yadira Castellanos Estrabao
Une Fondation au service de l’art ancien

Au noyau central de la collection constitué en quelques décennies au gré d’achats privés, de rencontres avec d’autres collectionneurs et de quelques enchères, vient actuellement s’ajouter la contribution de généreux donateurs mobilisés pour confier à la Fondation l’étude et la conservation de leur patrimoine artistique. Plutôt que végéter dans l’obscurité de coffres bancaires, les œuvres retrouveront ainsi la lumière et le public conformément à leur vocation.

La Fondation est très reconnaissante de la confiance qui lui est portée par ses donateurs. Il aurait été sans doute plus simple d’initier un énième centre culturel avec des artistes vivants déjà reconnus par le marché de l’art, évacuant ainsi l’épineuse question de l’authentification des œuvres. Car il s’agit là d’une difficulté majeure dans la gestion d’une collection d’art ancien.

En effet, les attributions peuvent changer au fur et à mesure de l’approfondissement des études scientifiques et historiques. Les acteurs changent aussi, les spécialistes finissent par disparaitre et les avis incontestables s’envolent avec eux. Combien des peintres restent encore orphelins de catalogues raisonnés ? Beaucoup. C’est sur ce point que nous entendons agir.

Les difficultés dans l’attribution des tableaux

L’un des plus chers objectifs de la Fondation Arcadia est en effet de constituer un pôle de recherches de niveau international et hautement qualifié dans les maîtres anciens. Ces spécialistes auront pour mission d’étudier chaque œuvre et sont invités à réfléchir ensemble sur la méthodologie idoine à adopter pour l’étude des différents cas.

Notre comité scientifique a pour vocation de déployer toutes les ressources à notre disposition pour une étude rigoureuse des œuvres et cela en constitue sa spécificité. Depuis deux décennies, le marché de l’art et les institutions culturelles sont traversés par un inversement des modèles. Les historiens, collectionneurs, artistes et amateurs vivaient concentrés dans la vibration du langage de l’artiste et dans la syntonie des modèles. On a attribué les tableaux sur la base essentiellement de l’œil des spécialistes et de leur connaissance des modèles.

La vibration d’une ligne, la cohérence de la palette, l’irruption d’un modèle, la concordance des formes. L’empire du regard s’imposait. L’année 1998 ne fut pas seulement celle de la coupe du monde de football gagnée par les Bleus en France, elle a vu aussi se tenir la conférence de Washington sur la restitution des œuvres d’art spoliées par les nazis. Depuis lors, toute institution culturelle, y compris les acteurs du marché de l’art dans leur ensemble, doit composer avec une recherche approfondie sur la provenance des œuvres. Sauf à être mêlés à de sombres affaires judiciaires, ce que le marché et les institutions redoutent par-dessus tout.  

Le défi de la provenance

Depuis lors le reversement des modèles s’est progressivement opéré : désormais une œuvre sans provenance, même dotée de qualités picturales certaines, n’est plus considérée comme une œuvre sans risque, avec pour corollaire son rejet par les institutions, mais également par les salles des ventes. On achète désormais davantage une provenance qu’un tableau, ce qui peut aller jusqu’à obérer sa contemplation, la fascination qui émane de l’œuvre. Or la question de la traçabilité s’avère très complexe : elle forme un bon outil de recherche qui ne saurait à lui seul constituer une certification d’authentification.

Nous retrouvons très souvent dans les inventaires anciens l’inscription d’un tableau affublé d’une attribution abusive à tel ou tel maître sans distinction précise entre une copie ou un original produit par la main du maître. Ainsi va le monde, et désormais chaque ligne de provenance dans l’historique d’un tableau vaut son pesant en or. Les faussaires n’ont pas tardé à s’emparer du phénomène produisant de fausses provenances glorieuses pour accompagner leurs méfaits.

Nous entendons donc rééquilibrer la juste importance donnée à l’étude de la traçabilité des œuvres, avec la portée stylistique et iconographique des collections présentées par la fondation.

La Fondation Arcadia, une vocation scientifique affirmée  

Il est notoire que les études de traçabilité sont très onéreuses, car elles impliquent d’assigner des spécialistes dans le dépouillement des archives pendant des mois voire des années. Afin de garantir ce volet indispensable de la recherche, notre institution a pour vocation de créer un véritable centre de recherche, piloté par le Comité scientifique. Nous allons ainsi créer des passerelles avec les universités pour former les spécialistes dans les recherches de provenance et la conformité des œuvres.

Dans la même veine, l’instauration d’un laboratoire d’analyses archéométriques au sein du musée, où de jeunes chercheurs du monde entier pourront venir parachever leur formation, est en cours d’étude. La Fondation Arcadia se veut une institution scientifique de haut niveau, en faveur de l’étude et de la transmission des savoirs.

L’Histoire de l’art n’est pas une science exacte, mais il s’agit bien d’une science et également d’un art. La Fondation Arcadia ne se borne pas à présenter des œuvres, elle se donne comme mission de déployer toutes les ressources techniques et scientifiques nécessaires pour l’authentification et la conservation des œuvres, l’éducation des jeunes et du public en général. L’histoire de l’art a aussi pour vocation d’attribuer un tableau à son auteur de manière à récréer un langage, raconter une histoire dans sa juste temporalité.

Yadira Castellanos Estrabao, Présidente du Comité Scientifique d'Arcadia Foundation
 



France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook