Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Aucune commande d'avion pour Airbus au mois de mai





Le 8 Juin 2020, par Olivier Sancerre

Les prochains mois s'annoncent difficiles pour Airbus, en particulier la branche aviation commerciale, celle qui assemble et livre les avions du groupe. L'entreprise n'a enregistré aucune commande pour le mois de mai.


Paralysie de la filière aéronautique

Les restrictions de déplacement et les fermetures des frontières consécutives à la pandémie de coronavirus ont paralysé l'ensemble du secteur aérien, les transporteurs bien sûr, mais également les constructeurs d'avions et leurs sous-traitants. Airbus n'est bien sûr pas épargné. Au mois de mai, le géant européen n'a enregistré aucune nouvelle commande. C'est une performance pire qu'en avril, durant lequel l'entreprise est parvenue à signer deux contrats. Petite consolation : il n'y a pas eu d'annulation de commandes au mois de mai, comme cela avait été le cas en avril. Airbus affiche tout de même 66 annulations d'appareils sur le premier trimestre.

Sur le long terme, il n'y a pas encore de raison de s'en faire : le carnet de commandes est plein à craquer avec 7.621 appareils à construire au long des prochaines années. Mais les prochains mois risquent d'être tendus. En mai, Airbus a assemblé et livré 24 avions, dont 18 modèles A320, 2 A220 et 4 A350. Au vu du contexte sanitaire, c'est un exploit (dix de plus qu'au mois d'avril !), mais ce volume reste bien modeste quand on le compare à celui enregistré en mai 2019 (81 livraisons).

Des volumes de livraison très faibles

Sur les cinq derniers mois, Airbus a livré un total de 259 avions aux compagnies aériennes, soit 54 de moins que sur la même période l'an dernier. Ce volume de livraison laisse augurer une baisse sensible du chiffre d'affaires au deuxième trimestre, étant entendu que les clients paient une grande part des commandes à la livraison. C'est la raison pour laquelle l'entreprise a réduit la voilure en termes de production, ce qui a un impact sur l'emploi et l'ensemble de la filière aéronautique.

Airbus n'est pas le seul constructeur d'avions à prendre la crise sanitaire de plein fouet. Il en va de même pour Boeing, et c'est peut-être même pire pour le groupe américain qui doit en plus gérer des difficultés liées à l'interdiction de vol du 737 MAX, fleuron de son catalogue. Pour ce qui concerne Airbus, le gouvernement français a travaillé sur un plan de soutien à la filière dont les grandes lignes sont attendues dans les prochains jours.



Tags : Airbus

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Schoolab Entreprise à Mission ou comment concilier Business et enjeux sociétaux

Violence policière est fait divers

Marie Legrand, directrice générale d'Audio 2000 : "Audio 2000 s'est construit autour des valeurs de professionnalisme, d'innovation et d'accessibilité "

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute













Rss
Twitter
Facebook