Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Automobile : fort recul du marché européen en août





Le 18 Septembre 2020, par Olivier Sancerre

Le marché européen de l'automobile subit toujours les contrecoups de la crise sanitaire. Au mois d'août, les immatriculations neuves ont dévissé de quasiment 20%, et les constructeurs français sont dans le fossé.


Baisse des immatriculations en août

Le nombre d'immatriculations neuves en Europe a chuté de 18,9% au mois d'août par rapport à l'an dernier, selon le bilan mensuel de l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA). La reprise est lente pour l'ensemble de la filière automobile, qui a essuyé une chute de 55,1% au mois de mars, puis de 76,3% en avril et de 52,3% au mois de mai. Août fait pire encore que juillet, où le nombre de voitures neuves immatriculées avait reculé de seulement 5,7%. Les consommateurs avaient alors profité à plein des dispositifs de relance lancés par les gouvernements des pays européens, mais le rebond n'a pas duré.

Entre janvier et fin août, ce sont 6,12 millions de véhicules neufs de particuliers qui ont été écoulées, soit quasiment 2,9 millions de moins que durant les huit premiers mois de 2019. Les estimations de l'ACEA ne sont guère optimistes pour l'ensemble de l'année, puisque l'organisation prévoit une baisse de 25% des livraisons ; ce sont bien sûr les conséquences de la pandémie, qui a fortement impacté les ventes au printemps et dont les effets se font toujours ressentir. En janvier, l'association prévoyait un recul des immatriculations de 2%.

Les constructeurs français à la peine

Les constructeurs français ont fait pire que la moyenne européenne, avec des baisses des immatriculations neuves de 24,7% pour le groupe Renault (qui comprend aussi les marques Dacia, Lada et Alpine) et de 20,8% pour le groupe PSA (Peugeot, Citroën, Opel/Vauxhall, DS). Petite consolation, le groupe Volkswagen, champion européen avec 26,1% du marché, a subi une baisse des livraisons de 24,3% au mois d'août. PSA est second avec 15,3% du marché européen.

L'avenir s'annonce compliqué pour les constructeurs automobiles en Europe. La perspective d'un « no deal » britannique suite au Brexit pourrait ajouter encore aux difficultés liées à l'épidémie. Sans accord commercial entre Londres et Bruxelles, la filière estime en effet ses pertes à hauteur de 110 milliards d'euros sur cinq ans. 2020 est décidément l'année de tous les dangers pour l'industrie automobile.



Tags : automobile

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »













Rss
Twitter
Facebook