Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bouygues Telecom surenchérit de 2 milliards d’euros pour prendre SFR





Le 21 Mars 2014, par


cc/flickr/ Yu's to be
cc/flickr/ Yu's to be
La partie semblait close depuis vendredi 14 mars 2014, soit depuis que Vivendi avait décidé d’entrer en négociations exclusives avec Numericable pour la cession du deuxième opérateur mobile français, SFR. Une décision qui n’avait pas été appréciée par le gouvernement, notamment par Arnaud Montebourg qui n’a jamais caché sa préférence pour Bouygues Telecom dans ce dossier. Et justement l’opérateur de Martin Bouygues vient peut-être de remélanger les cartes.

Le journal Les Echos, qui dévoile cette information, fait état d’une nouvelle offre très concurrentielle lancée par Bouygues Telecom aux dépends de Numericable. Une offre qui avoisinerait les 13,15 milliards d’euros sur l’opérateur SFR. Au total, ce sont donc pas moins de 1,85 milliards d’euros de plus que Numericable que Bouygues offre à Vivendi.

Pour proposer cette nouvelle offre, toujours selon les Echos, Martin Bouygues se serait associé avec des industriels privés de renom parmi lesquels le groupe Artemis qui appartient à François Pinault et le groupe Decaux qui est déjà en partie actionnaire de Bouygues Telecom. De plus, la Caisse des Dépôts et Consignations serait également de la partie et pourrait avoir 3% du nouvel opérateur issu de la fusion SFR/Bouygues Telecom si elle se fait.

Le point fort de cette nouvelle offre est que l’ancienne offre de Bouygues avait en effet attiré l’attention du Conseil de Surveillance de Vivendi. Ce dernier estimait « pertinente » l’offre de Martin Bouygues, mais également « insuffisante » la part en numéraire. C’est sur ce point que la nouvelle offre de Bouygues Telecom fait mieux.

Bouygues Telecom a en effet déclaré que la nouvelle offre par laquelle il espère mettre la main sur SFR « est supérieure de 1,4 milliards d’euros » en numéraire à l’offre de Numericable. De quoi attirer l’attention de Vivendi et relancer la course à la fusion dans le secteur des télécoms.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook